Accueil > Carla, La Cour, Sarko > Carla en mode pompier ?

Carla en mode pompier ?


Nous rendions compte hier du voyage de Nic’ et Carlita en Chine, dont le principal objectif était de faire oublier les écarts de conduite passés de Chouchou et de montrer patte blanche à leurs hôtes, désormais devenus quasi-officiellement maîtres du Monde depuis la déconfiture des Etats-Unis suite à l’éclatement de leur système financier.

Nic’ étant actuellement sur les dents, il avait été demandé qu’aucune photographie ne filtrât des escapades culturelles du couple présidentiel. Les seules images qui sont parvenues furent donc celles du dîner officiel, donné en l’honneur du Président français et de son épouse, où – surprise et stupeur – la fanfare de l’Armée Populaire se mit à interpréter non pas une mais deux ballades bruni-esques, avec toute la grâce que l’on peut imaginer. Avoir une de ses oeuvres interprétée par la chorale de l’Armée Populaire, voilà un geste délicat que Carla, en pasionaria de Gauche avouée, ne pouvait qu’apprécier.

Le couple présidentiel fut ravi, Carla esquissa une révérence, mais tout étant plus compliqué dans l’Empire du Milieu que les apparences ne le laissent à penser, nous ne pouvons que nous interroger sur la signification cachée de cet hommage totalement insolite au-delà du simple hommage à Carla et au témoignage du réchauffement des relations entre les deux pays. D’autant plus que le titre d’une des chansons de Carlita était « Tout le monde est une drôle de personne », ce qui semble assez bien résumer la perplexité des Chinois devant la personnalité de Chouchou.

Première hypothèse : les Chinois étant de grands farceurs, ne souhaitaient-ils pas souligner les piètres qualités des oeuvres de la Première Dame, insinuant qu’elles étaient du niveau d’une fanfare, fût-elle Populaire ?

Seconde hypothèse : Carla ayant repris énergiquement en main la politique culturelle du royaume comme nous le relations hier, n’était-ce pas là un clin d’œil de régime totalitaire à régime totalitaire, la Chine faisant par là savoir qu’elle voyait d’un très bon œil la Révolution Culturelle en marche en France et le nouveau rôle de Guide Spirituel et Culturel à la Elena Ceausescu que Carlita s’apprêtait à endosser?

Troisième hypothèse : l’allusion à peine voilée à la femme du Président, ex-mannequin, n’était-elle pas une façon de signifier à la délégation du MEDEF invitée que ce qui intéressait la Chine n’était pas les TGV et autres centrales mais des sacs à main, du luxe, du bling-bling, bref  un « Gardez vos centrales, donnez-nous des sacs ! » assené d’un air martial.

Dernière hypothèse : les Chinois ne venaient-ils pas de comprendre que la seule façon de faire taire Nicolas, était de faire jouer Carlita ?

Nous hésitons, espérant que la suite du voyage nous apporte la réponse à cet épineux casse-tête chinois.

Bon vent Carlita, et n’oublie pas de nous rapporter des enregistrements !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :