Accueil > L'Air du Temps, Sarko, Tous ruinés, UMP > Sarko, Madoff français ?

Sarko, Madoff français ?


Mais quelle émotion, n’a-t-elle pas déclenchée notre Martine nationale, en comparant Sarko à Madof !

L’objet du scandale : cette phrase, ciselée par Guillaume Bachelay, plume d’Aubry après avoir été celle de Fabius :

« J’ai un peu l’impression, quand Nicolas Sarkozy nous donne des leçons de maîtrise budgétaire, que c’est un peu M. Madoff qui administre quelques cours de comptabilité ».

Diantre, cela fait longtemps que l’on n’avait pas vu Martine aussi offensive, elle qui semblait ces derniers temps endormie à compter et recompter ses voix rue de Solférino. C’est désormais flagrant : Martine est de retour, dans son nouvel avatar de Jeanne d’Arc des acquis sociaux de Gauche. Et il va y avoir du sang si l’on veut bouter la Droite hors de l’Elysée.

Comme prévu, cette phrase, créée et ciselée à dessein, n’a pas manqué de faire mouche à Droite, et tous les ténors – des plus petits aux plus grands de se déchaîner pour montrer leur amour du Souverain, nous rappelant par la même occasion qu’il est des statues de Commandeur (fussent-ils à talonnettes) auxquelles on ne touche pas.

Revue des réactions, que nous ne nous abaisserons pas à classifier d’après leur qualité.

Le très « vierge effarouché » de Fréderic Lefebvre, porte-flingue attitré de l’UMP : « Les Français jugeront où est la vulgarité ».

Quant à notre ex-vendeur de café, impayable théoricien de la « France d’en-bas », et grand amateur de banalités en série, Jean-Pierre Raffarin, il affecte de prendre de la hauteur (pourvu qu’il n’en tombe pas !) et gratifie Martine d’un « blâme démocratique », s’arrogeant par-là même un rôle de juge de paix du débat démocratique que l’on ne savait pas que la Constitution lui accordait.

Enfin, l’ex-agent d’assurances Xavier Bertrand – thuriféraire du bon sens en action (à condition qu’elle soit de droite) – ce dernier se dit « profondément scandalisé », jugeant Martine « disqualifiée » pour son ambition présidentielle.

Plusieurs remarques : tout d’abord, on veut bien accorder à nos Pythies de l’UMP que Martine a peut-être eu la main un peu lourde à cette occasion. Que ce n’était pas très élégant, ni habile de comparer leur Nicolas Sarkozy à un escroc condamné à 150 ans de prison.

Ensuite, on renverra à ces saintes-nitouches ump-iennes – comme Guillon cette semaine – leur silence assourdissant lors de la mémorable gaffe de notre Brice national, rappelons-le un des plus hauts personnages de l’Etat et un des plus proches amis de Nic’.

On ne parle pas de leur silence gêné lors de l’affaire du « bruit et des odeurs » de Chirac. Ca c’est oublié, et Chirac est trois fois plus populaire que Sarko, depuis qu’il loge au frais d’une de ses riches connaissances.

Mais creusons et occupons-nous de la forme, plutôt que du fond. Que reproche réellement Martine à Sarko ?

De ne pas être un modèle de gestion des finances publiques et de creuser les déficits dans des proportions similaires à l’escroquerie de Madoff.

Or, sous Sarko, le déficit est passé de 2007 à 2009 de 1 200 à quasi 1 500 milliards d’euros, soit une détérioration de près de 300 milliards d’euros.

Madoff, lui, n’a fait disparaître que…41 milliards d’euros. Petit joueur !

1 Sarko vaudrait donc à peu-près 8 Madoff. Bravo l’artiste !

Si on voulait faire du Martine & Guillaume, et parler un langage qui parle plus au Président, on dirait qu’il y a la même différence, entre les arnaques de Madoff et Sarko, qu’entre les voix de Carla et de Tina Turner.

Enfin, souvenons-nous que le mécanisme mis en œuvre est exactement le même dans les deux cas chez Madoff et Sarko : Madoff n’a en effet constitué rien d’autre qu’une classique pyramide de Ponzi : les taux d’intérêts exceptionnels étaient versés aux investisseurs grâce à l’afflux de capitaux des nouveaux arrivants. En clair, une façon d’hypothéquer l’avenir des générations futures pour un gain ou des dépenses immédiates.

Ce qui est exactement ce que l’on fait quand on creuse des déficits, comme l’a fait Sarko et comme sont en train de nous le rappeler les marchés.

Last but not least, alors que Madoff a arnaqué des investisseurs institutionnels (banques, assurances, fonds de pension…), Sarko a accumulé une dette au nom de tous les Français, et que pour reprendre l’expression de notre cher Jean-Pierre tant bouleversé par les mots de Martine, c’est la France d’en-bas qui risque d’en supporter proportionnellement le poids le plus important, celle d’en haut étant déjà protégée par les multiples niches et le désormais fameux bouclier fiscal.

Alors, Mesdames, Messieurs de l’UMP, réjouissez-vous que Martine n’ait pas requis plus 300 ou 400 ans de prison pour votre héros !

________________

ENG :Martine Aubry, the first secretary of the PS (Socialist Party) caused a controversy amid the Right, by likening President Nicolas Sarkozy to Madoff for his management of French deficits.

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :