Accueil > L'Air du Temps, Sarko > Et pourquoi pas « Cass’toi pauv’con ? »

Et pourquoi pas « Cass’toi pauv’con ? »


La France, qui vient d’apprendre que la retraite à 60 ans n’est plus qu’un lointain souvenir, et qui se doute bien qu’elle doit se préparer à une vague de rigueur dont par peur on ne parle qu’à la presse étrangère (cf. l’interview de Guéant au Financial Times), s’est enfoncée un peu plus bas dans la dépression collective ce week-end avec le fiasco des Bleus, aucune vuvuzela n’étant assez puissante pour crier la honte et la déception des supporters.

Tout le monde connaît les faits : les insultes à l’entraîneur, les fuites dans la presse, l’éviction de l’homme sandwich de Quick (Anelka), la conférence de presse surréaliste durant laquelle le capitaine de l’équipe exposa sa thèse du « traître ». Le tout couronné par le summum du ridicule : les joueurs payés des millions d’euros légitimant leur droit de grève par l’obligation de défendre leur honneur bafoué (Au moins Zidane – désormais sagement recyclé en porte-bagages Vuitton coûtait-il moins cher avec ses coups de boule, quand il s’agissait de défendre son honneur), à un moment où leurs compatriotes tentent vainement d’exercer le leur pour défendre leurs retraites…

Le sentiment qui subsiste de cette mascarade, c’est l’erreur de casting flagrante, cette idée que les joueurs ne sont ni à la hauteur de la tâche qui leur incombe, ni dignes de l’honneur qui leur est fait de défendre les couleurs de la France.

Ce qui frappe ensuite, c’est tout l’argent misé sur cette poignée de joueurs au sang chaud et à l’honneur chatouilleux. Et il semble que nourris trop vite et trop jeunes à coups de centaines de milliers d’euros, ces derniers aient tout simplement pourri sur pied, pour venir collectivement rendre leur dernier souffle en Mondiovision dans la patrie de Nelson Mandela.

Enfin, on reste interdit devant la vulgarité et la morgue de ces joueurs, et le niveau de leurs insultes.

C’est étrange, mais un acteur sous-dimensionné pour la tâche, le bling-bling et l’argent érigés comme valeurs cardinales, et les insultes comme seul recours devant l’adversité, n’a-t-on pas déjà vu ça au plus haut de l’Etat ? Casse-toi pauv’con, ça ne vous attriste pas plus que l’insulte faite à l’insignifiant Domenech ?

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :