Archive

Posts Tagged ‘air sarko one’

De français, le « problème » devient mondial

13 novembre 2010 Laisser un commentaire

Grand jour pour Sarko qui a pris, après le sommet de Séoul, la tête du G20 pour un an.

Jour de gloire pour notre monarque national : parti simple président français de Paris, Sarko y est revenu maître du monde, à bord de son nouvel « Air Sarko One » et les clés du G20 en poche.

G20 SARKO

Pour filer une métaphore qui a fait parler cette semaine, le « problème » français serait donc devenu mondial. Et la planète entière va découvrir la méthode sarkozyste, subtil mélange de communication à outrance, d’agitation stérile souvent confondue avec du volontarisme, et finalement de désordre généralisé.

Le président – à moins d’un tiers d’opinions positives – compte d’ailleurs sur la séquence internationale qui s’ouvre (la présidence du G20 sera doublée de celle du G8) pour redorer son blason à l’approche de 2012.

La première décision de l’homme du Fouquet’s a été le choix du lieu de la prochaine rencontre du G20, qui se tiendra en 2011 à Cannes, destination bling-bling par excellence. On ne se refait pas…

Ce dernier a inscrit au programme de la présidence française les thèmes suivants : la régulation monétaire, la stabilisation des cours des matières premières et la réforme de la gouvernance des institutions internationales.

Vaste programme déjà jugé trop ambitieux par de nombreux commentateurs, notamment la presse anglo-saxonne, ici le International Herald Tribune :

De plus, les grandes ambitions de Sarko ont généralement explosé sous la pression de leur excès. Son projet d’Union pour la Méditerranée, où la France devait avoir le rôle clé dans une quasi-confédération rassemblant pays arabes et pays de l’Europe du Sud, n’a abouti à rien.

Les motivations de M. Sarkozy sont sans doute un mélange de sincérité et d’ambition, ajoutés à la réalité d’une réélection délicate en 2012.

Quand on voit l’ampleur de la tâche à accomplir, il est en effet facile de douter de la capacité de notre hyperprésident à réformer le système financier international mondial, lui qui nous avait déjà promis d’aller « chercher la croissance avec les dents ». On connaît le résultat.

Publicités

Air Sarko One : le caprice de Sarkozy à 180 millions d’euros

12 novembre 2010 Laisser un commentaire

Ca y est : le nouveau caprice de Sarko vient d’être livré. Retour sur un caprice à 176 millions d’euros.

176 millions d’euros, c’est ce qu’il en aura coûté pour satisfaire la mégalomanie et soigner les complexes du « problème » de la France.

176 millions d’euros, dont près de 90 millions consacrés à l’intérieur du futur avion présidentiel (détail des coût donné dans  un rapport parlementaire). Une vraie bonne affaire puisque le coût de fonctionnement des voyages présidentiels s’envole : de 4,1 millions d’euros pour 1 400 heures de vol par an pour les précédents appareilsà …10 millions d’euros par an pour une moyenne de 700 heures de vol pour la nouvelle merveille volante. La façon de Nicolas Sarkozy de participer à l’effort national de réduction des déficits.

Pas étonnant que l’Airbus présidentiel, devenu symbole du bling-bling présidentiel (voir le sketch des Guignols ci-dessous) ait déjà pas mal fait parler de lui avant même d’avoir réalisé son premier vol d’essai.

Nous eûmes tout d’abord droit à cette question fondamentale : l’avion présidentiel disposerait-il d’une baignoire sabot pour les ablutions du monarque ?

Cette baignoire sabot fut d’ailleurs à l’origine d’un incident symptomatique des relations de force entre les medias et le président. En effet, un journaliste de RTL fut ainsi contraint de s’excuser après avoir commis un reportage humoristique sur ladite baignoire, reportage vécu comme un crime de lèse-majesté en haut lieu. Un coup de force rarement vu sous la Ve République. Cette affaire fut jugée tellement sensible que c’est Franck Louvrier lui-même, conseiller en communication de son excellence, qui se chargea du sale boulot d’obtenir les excuses.

Il faudra désormais s’y faire : en France, quand on n’écoute pas les journalistes, on les somme de s’excuser. Encore un effort et nous rattraperons Poutine sur ce sujet.

Vinrent ensuite les rumeurs sur la présence à bord d’un four à pizza (sic), ou d’une cafetière à 25 000 euros.

Puis ce fut le tour des humoristes de se déchaîner sur le nouveau jouet qui allait permettre à Sarko de « faire » président. Les Guignols livrèrent un sketch assez réaliste (ci-dessous) où l’on voit Sarko en nouveau beauf bling-bling et Carla à bord d’Air Sarko One en route pour Dubaï dépassant Obama à bord, lui, d’Air Force One. Laurent Gerra sur RTL, à peine plus éloigné de la réalité, imagine quant à lui dans l’avion présidentiel des miroirs dans la chambre à coucher, une cheminée avec peaux de bêtes et …une valise Vuitton pour les codes nucléaires.

Décidément, on n’a pas fini de parler d’Air Sarko One…qu’il faudra songer à rebaptiser quand les français auront  renvoyé Sarko à Neuilly.

Air Sarko One : baignoire sabot pour nain volant ?

1 août 2010 3 commentaires

En pleine période d’austérité, le nouvel Airbus de Sarko – déjà labellisé « Air Sarko One » par les mauvaises langues – défraie la chronique par son coût. Dernière interrogation en date : Sarko bénéficiera –t-il oui ou non d’une baignoire sabot dans son nouveau palace volant ?

Sarkozy baignoire sabot Air Sarko One

Décidemment, le nouveau moyen de déplacement de notre hypermobile Président n’en finit pas de soulever des controverses. Le coût du bijou volant – 180 millions d’euros – avait été révélé par Le Parisien dès le mois de juin.

C’est au tour du Canard Enchaîné cette semaine d’y aller de son pavé dans la mare. Le quotidien confirme les informations du Parisien. Mais va plus loin, ajoutant des détails pour le moins savoureux.

Sarko aurait exigé de pouvoir fumer à bord (…des cigares, précise peu charitable l’hebdomadaire). Ce qui a obligé à revoir totalement le système d’aération de l’appareil (rigueur oblige, Sarko volera en effet sur un appareil d’occasion racheté à la compagnie…Air Caraïbes !), pour une somme non précisée mais que l’on imagine conséquente. Rien n’est-il trop cher pour permettre à Sarko de jouer au grand patron, habitué du Fouquet’s ?

Plus étrange, le Président aurait aussi exigé de pouvoir prendre…des bains à bord ! Ce à quoi les techniciens chargés du réaménagement de l’appareil ont objecté qu’une telle installation ferait courir un risque d’inondation en cas de turbulence. Sans compter que le transport de plusieurs dizaines de litres d’eau pour les ablutions présidentielles ne manqueront pas d’alourdir considérablement l’empreinte carbone du nain volant, contredisant de façon flagrante ses engagements vite oubliés du Grenelle.

Un modèle de baignoire sabot aurait donc été proposé par les équipes techniques.

Les journalistes, fleurant le nouveau scandale, se sont empressés de questionner le brave Luc Chatel à sa sortie du Conseil des Ministres à ce sujet. Lequel s’est empressé d’apporter un démenti tiède (comme le bain présidentiel ?), tout en précisant qu’il…ne connaisssait pas les détails de l’aménagement.

Un épais mystère entoure donc la baignoire sabot présidentielle.

Notons toutefois que ses ablutions semblent revêtir une importance particulièrement cruciale aux yeux de ce dernier, fort habitué à transpirer durant ses discours. On se souvient que l’installation d’une douche sarkozienne à l’intérieur du Grand Palais lors d’un précédent sommet de la défunte Union Méditerranéenne avait coûté la bagatelle de plus de …245 000 euros au contribuable.

Enfin, on se permettra – loin de toute considération budgétaire – de s’interroger sur le bien-fondé d’une baignoire sabot pour le Président. N’est-ce pas dans un semblable cercueil que fut retrouvé l’illustre Marat, baignant dans son sang ? Et notre Carla nationale – toute à son nouveau métier d’actrice – ne risquerait-elle pas un jour de confondre scène et réalité, se transformant dans un geste désespéré en Charlotte Corday du XXIe siècle ?

Les journaux people se chargeraient alors d’écrire l’épitaphe de notre regretté Président.

Carla serait de suite destituée de sa nationalité française.

La cérémonie funèbre serait retransmise en prime-time sur TF1 et toutes les chaînes du service public. L’oraison funèbre écrite par Guaino, lue en canon par Guéant et Frédéric Mitterrand. Mireille se fendrait d’un « Mille Colombes » funéraire, Hortefeux lirait un à un le nom des expulsés sous le règne du monarque, chaque nom serait ponctué d’un tir de canon.

180 millions d’euros, avouez qu’une telle cérémonie le vaut bien !