Archive

Posts Tagged ‘brice hortefeux’

MENS : vous en rêviez, Sarko l’a fait

8 octobre 2010 Laisser un commentaire

C’est le Monde qui révèle l’information dans son édition du 07/10 : la gendarmerie se serait constitué, en toute discrétion, un fichier, illégal et clandestin, listant les Roms et les gens du voyage, ainsi que des informations sur leurs origines raciales et ethniques.

La France est déjà, comme le rappelle dans son blog le journaliste Franck Johannès au quatrième rang des pays les plus condamnés depuis la création, en 1959, de la Cour européenne des droits de l’homme. Cette nouvelle controverse, après le parallèle de Viviane Reding sur la période actuelle et la Deuxième Guerre Mondiale, ne risque pas d’améliorer l’image de notre pays à l’étranger.

MENS fichier illégal Roms gens du voyage

La gendarmerie détient en effet, bien à l’abri des regards indiscrets, un fichier listant notamment les origines… ethniques de Roms et gens du voyage. Or, lister des « données à caractère personnel qui font apparaître les origines raciales et ethniques », constitue un délit puni de cinq ans d’emprisonnement et 300 000 euros d’amende, toujours d’après le quotidien du soir.

L’absence de déclaration à la CNIL dudit fichier vient encore aggraver le cas des éventuels responsables.

Et rappelle fortement – bien que Nicolas Sarkozy et ses troupes aient clairement fait comprendre que l’usage du parallèle était un monopole de l’UMP – les plus sombres périodes de notre histoire (voir video ci-dessous).

Comme on peut se douter, la révélation de l’existence de ce fichier laisse les responsables sans voix, au premier rang desquels Brice Hortefeux, qui, imperturbable, déclare :

(que l’expression MENS) a été utilisée par la gendarmerie dans les années 1990 (mais assure qu’il) n’a pas connaissance d’un fichier de ce nom. (Et jur que) s’il apparaissait des éléments nouveaux, il demanderait naturellement au groupe de contrôle des fichiers de se saisir de cette question.

Déclarations que l’on nous permettra de ne considérer qu’avec une extrême circonspection, de la part d’un ministre condamné pour injure raciale, et dont le directeur de cabinet, Michel Bart – auteur malheureux de la circulaire visant expressément les Roms de cet été – est cité à comparaître pour « incitation à la haine raciale ».

De son côté, la gendarmerie, dément l’existence de ce fichier.

Une plainte a été déposée  par les avocats des quatre principales associations de Roms et de gens du voyage mercredi 6 octobre, auprès du procureur de Paris, pour constitution de ce fichier non déclaré et illégal.  Les avocats entendent saisir également la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), à qui ce fichier n’a pas été déclaré, et la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde). Concernant la Halde, on reste sceptique de l’efficacité de Jeannette Bougrab, particulièrement silencieuse cet été sur la question de l’expulsion des Roms, plus prompte à doubler son salaire qu’à se saisir de sujets qui puissent fâcher Nicolas Sarkozy, à qui elle doit sa place…

Des paris sur une l’éventualité d’une condamnation ? L’UMP, bonne fille, paiera-t-elle la note rubis sur l’ongle, comme elle s’apprête à le faire dans le procès Chirac ?

Chouchou à l’Elysée : on en pense quoi Outre-Manche ?

20 août 2010 Laisser un commentaire

Réponse en image, comme seuls le peuvent ces cousins qui nous a donné Oscar Wilde (le sens de la formule), Brummel (le sens du paraître), Saatchi & Saatchi (le sens du slogan), Elton John (le sens de l’entertainment)… et bien-sûr la défunte Princesse de Galles (le sens du Glamour désespéré) !!!

Comment faire partir NS ?

COMMENTAIRES  BIENVENUS !

PS: SI PLUS DE 20 RMQES, JE DEVOILE LE NUMERO EN L’HONNEUR DE SA REELECTION …..sur un tout autre mode 😉

La France pointée du doigt par l’ONU pour « xénophobie »

12 août 2010 2 commentaires

La France montrée du doigt pour « xénophobie » par l’ONU. Dans la « République Irréprochable » de Nicolas Sarkozy ?

UN Logo CERD France

Les émissaires du gouvernement français répondaient jeudi 12 août à Genève aux questions des experts du Comité pour l’élimination de la discrimination raciale de l’ONU (CERD) qui ont dénoncé « une recrudescence » des actes racistes dans le pays dans le cadre du processus de passage en revue des politiques envers les minorités.

Une épreuve qualifiée par un membre de la Ligue des droits de l’homme ayant assisté à la réunion de « passage sur le grill » tant les membres du Comité avaient de choses à reprocher à la France et à son gouvernement.

Les 18 experts du comité – particulièrement au fait de l’actualité politique nationale – n’ont pas mâché leurs mots pour s’inquiéter du traitement fait aux gens du voyage ainsi qu’aux Roms. Ils ont dénoncé le débat sur l’identité nationale, instauré par le gouvernement, ainsi que la déchéance de la nationalité pour des criminels d’origine étrangère réclamée par le président Nicolas Sarkozy fin juillet.

Les représentants français, interrogés sur le projet de déchéance de la nationalité, se sont abstenus, estimant impossible de commenter un projet de loi dont les contours n’ont pas été encore définis.

Les experts se sont globalement montrés très sévères sur la situation en France. On ne peut pas accuser le  Rapporteur spécial de la session, l’Américain Pierre-Richard Prosper de politiquement-correct, lui qui a déclaré à l’issue du huis-clos que le plus grand obstacle à la lutte contre le xénophobie et le racisme en France était  « une vraie volonté politique » !

Un autre membre de la commission, Ewomsan Kokou, a quant à lui qualifié la situation en France de très préoccupante, insistant sur l’aggravation du phénomène :

La France est confrontée à une recrudescence notable du racisme et de la xénophobie.

Plusieurs dirigeants d’associations et d’ONG ont réagi, approuvant les conclusions des experts. Ainsi Alain Jakubowicz, président de la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), déclarant à l’AFP :

Je suis triste de voir la France épinglée et montrée du doigt de la sorte. Mais il faut dire que la plupart des critiques et reproches sont fondés (…) Je ne sais pas s’il y a une augmentation du racisme, mais on constate une libération de la parole et des actes. Le facteur déclencheur majeur a été le débat sur l’identité nationale (…) Les Roms sont devenus un exutoire.

Pour mémoire, la France s’était déjà fait rappeler à l’ordre en juin dernier par le Conseil de l’Europe qui s’était inquiété d’un climat de « xénophobie ». Le rapport dénonçait violemment les dérives de certains hommes politiques et membres du gouvernement, les rendant responsables de la poussée de xénophobie :

Plusieurs propos tenus notamment sur les questions d’immigration et d’intégration par les responsables politiques, y compris par des élus et des membres du gouvernement, ont été ressentis comme encourageant l’expression du racisme et particulièrement de la xénophobie.

Un bel accord des experts, que l’on aurait hélas souhaité voir moins alarmants à ce sujet.

Heureusement, les sondages IFOP du Figaro – réalisés sur des échantillons aussi fiable que le mois d’août est un mois de forte activité – sont formels : le racisme n’a pas évolué, il s’agit simplement de répondre à la demande légitime des citoyens d’en-bas (vous vous souvenez de l’ex-vendeur de café qui sortait autant dfe bêtises à la semaine que Bush à la journée ?)…..

Lire la suite…

Le 180° de Nicolas Sarkozy sur l’immigration

12 août 2010 Laisser un commentaire

LeMonde.fr revient sur la volte-face de Nicolas Sarkozy sur l’immigration.

Alors que ses discours de campagne faisaient l’éloge de la diversité et de la « chance » que représentait l’immigration pour la France (souvenez-vous de Rachida Dati porte-parole de la campagne puis ministre de la Justice), le chef de l’Etat a choisi, dans son discours de Grenoble le 30 juillet, de dénoncer « les conséquences de 50 ans d’immigration non contrôlée ».

Retour en images sur un volte-face aux forts relents électoralistes :

Lies Hebbadj, agent double du sarkozysme ?

12 août 2010 Laisser un commentaire

Lies Hebbadj

Pierre Moscovici : Sarkozy fait du « Le Pen light »

11 août 2010 Laisser un commentaire

Pierre Moscovici, député PS du Doubs, était l’invité de RTL. L’occasion pour lui de revenir sur la politique sécuritaire du gouvernement.

Le député socialiste a vivement critiqué Nicolas Sarkozy, comparant ce dernier à un «Le Pen light». Sur les les mesures sécuritaires annoncées par le président, il s’est rapproché des propos de Michel Rocard dans Marianne, sans aller toutefois à citer explicitement Vichy et les nazis :
Ca rappelle les heures les plus noires de notre histoire.

Sur la réappropriation du thème sécuritaire par les socialistes, il considèrent qu’ils doivent tout faire pour « montrer que l’on est plus républicain et plus efficace que Nicolas Sarkozy ».

Et d’énumérer quelques propositions du PS :

Rétablir les effectifs de police, renouer un lien de confiance, rétablir une police de proximité…

Mr Moscovici, dans une allusion à peine voilée à la tentative de diversion que mène actuellement Nicolas Sarkozy, a recentré le débat sur les questions sociales et rappelé les échéances de la rentrée, avec notamment la réforme des retraites, prédisant :

La rentrée sera sociale et chaude… le 7 septembre il y aura des millions de gens dans la rue.

Xénophobe, Sarkozy ?

11 août 2010 Laisser un commentaire

Xénophobe, le Président français ? Le terme est lancé. Et il ne vient pas d’un élu socialiste ou vert anonyme, non il s’étale en Une du plus grand journal américain, le New-York Times. Morceaux choisis.

Sarko xénophobe New-York Times

Le quotidien américain attaque fort:

Le président français, qui aime être appelé « Sarko l’Américain », réveille de dangereux sentiments anti-immigration dans l’optique de gains politiques à court terme.

L’éditorial évoque ensuite les dernières propositions de Sarko, de l’expulsion de Roms à la déchéance de nationalité de personnes d’origine étrangère reconnues coupables de certains crimes. Et souligne la contradiction avec le principe d’égalité des citoyens devant la loi:

Mesures proposées dans un pays qui s’est toujours vanté d’offrir un traitement égal devant la loi à tout citoyen français – fût-il né français ou ayant acquis la nationalité.

Le quotidien new-yorkais de rappeler quelques vérités bien-senties sur le président lui-même:

Cette règle s’applique au père de Mr Sarkozy – né hongrois – ainsi qu’à sa femme, d’origine italienne, tous deux naturalisés français. Et devrait aussi s’appliquer à toute autre personne dans cette situation.

Après avoir rappelé que cette stratégie d’attaque contre les immigrés est assez populaire dans l’électorat de droite traditionnel, le New-York Times rappelle que Sarkozy a déjà utilisé cette technique lors de son élection en 2007, pour capter les voix du Front National. Et qu’il a aussi eu recours à cette tactique, cette fois sans succès lors des dernières élections régionales.

La conclusion est cinglante:

Plombé par des niveaux de popularité abyssaux, et avec la résurgence d’un Front National sous l’impulsion d’un leadership rajeuni, Sarkozy est allé plus loin, semant doute et inquiétude parmi la droite conservatrice traditionnelle, pour laquelle les droits de l’homme et l’égalité de tous devant la loi ne sont pas des vains mots. Ces derniers ont raison de s’inquiéter, et Mr Sarkozy a tort de s’entêter à ne pas suivre leurs sages conseils.

En savoir plus: l’éditorial du New-York Times : « Xenophobia: Casting Out the Un-French »