Archive

Archive for the ‘Parti Socialiste’ Category

Etes-vous plutôt Mirieille ou Jessie ?

24 août 2010 Laisser un commentaire

L’attaque honteuse de NS à l’encontre de François Mitterrand sur le départ de l’âge à la retrite à 60 ans est restée dans les esprits comme un procédé minable, que el’on qualifierait – si l’on, osait – d’aussi bas que le Président sans ses célèbres talonete.

Puisque le grand jeu de Nic consiste à comparer son – maigre – à celui de ses prédécesseurs , plaçons sur son terrain, sur deux points particuliers :

  • Le sens de l’Etat et de ses symboles
  • La compréhesnion de la fonction présidentielle et sa capactié à l’incarner ( » l’habiter » en d’autres termes )

 A titre d’exmple sur le rapport avec la fonction présidentielle, prenons deux moments clés :

  • Mai 2007 : victoire du nain, qui marque sa cpompréhension de la fontion par 1° un apéro avec ses ptes riches (par « riches », on ne parle pas de Livrets A plein mas de patrimoines demilliards d’euros…patrimoines qui ont souvent été mis à la disposition des Sarko pour passer deNeuilly à l’Elysée). Le tout est suivi par la concert d’un fossile sorti duformol pour l’occasion :

  • Juillet 1989 : le Président Mitterrand offre aux français un show inoubliable de JP Goude et un concert a cappella de Jessie Norma, interprétant…La Marseillaise

Jessye Norman : Jessye Norman, 14 Juillet 1989

 

A vos votes ! 

 

                          

 

  

 

Publicités

Rocard: la loi sur les mineurs délinquants, inédite « depuis les nazis »

6 août 2010 2 commentaires

Dans un interview qui tranche avec le niveau délétère du débat sur la sécurité de ces derniers jours, l’ancien Premier Ministre socialiste, conscience morale de la gauche, dénonce avec virulence les dérapages non-contrôlés du chef de l’Etat et de ses troupes sur la sécurité.

Rocard mesures sécurité Sarkozy

Enfin une lueur d’espoir dans ce ciel de plus en plus brun de ce début du mois d’Août, qui rappelle étrangement 1940.

L’ancien premier ministre Michel Rocard critique violemment dans un interview à Marianne les dernières mesures du chef de l’Etat, estimant « qu’il le paiera » et que le projet de condamner les parents d’enfants délinquants remonte à « Vichy » et aux « nazis ». Il va plus loin, comparant les mesures proposées à celles en place à Vichy et critiquant la politique du tout sécuritaire:

Quand on va chercher l’électorat au Front national, voilà sur quels scandales on débouche. La loi sur les mineurs délinquants passe de la responsabilité pénale individuelle à la responsabilité collective. On n’avait pas vu ça depuis Vichy, on n’avait pas vu ça depuis les nazis. Mettre la priorité sur la répression, c’est une politique de guerre civile.

Il continue sur le même thème, affirmant que « la politique du tout-répression accroît la délinquance ».

L’ancien chef du gouvernement s’indigne aussi avec force contre la volonté de Nicolas Sarkozy de retirer la nationalité aux Français d’origine étrangère condamnés pour atteintes à la vie d’un policier ou d’un gendarme:

Je condamne la substance et le procédé. (…) Je sais bien que le Président recherche d’abord les effets d’annonce. (…) Les intentions sont scandaleuses.

Il se dit persuadé que le Conseil d’État et le Conseil constitutionnel ne laisseront pas passer ce texte qui sera discuté à la rentrée à l’Assemblée nationale. « Je dis qu’il le paiera et qu’il l’aura mérité », dit l’ancien Premier ministre, « indigné » à propos du chef de l’État.

Selon Michel Rocard, « la répression, c’est l’échec de la prévention. Avoir supprimé la police de proximité, c’est dramatique. Et on le paie. » « La politique du tout-répression favorise les tensions, accroît la délinquance. Et pourquoi ? Parce qu’on donne priorité à l’électoral. C’est exécrable, scandaleux », renchérit-il.

Des propos utiles à méditer en ces temps de droitisation dangereuse du programme du président.

Valls : Sarkozy « doit changer de cap »

16 juillet 2010 Laisser un commentaire

Dans un interview à Europe1, Manuel Valls demande à Sarkozy de « changer de cap », et de remanier le gouvernement.