Archive

Posts Tagged ‘christian estrosi’

L’été des seconds couteaux

10 août 2010 Laisser un commentaire

L’Allemagne eut en son temps sa Nuit des Longs Couteaux, l’UMP nous offre ce mois d’août « l’été des Seconds Couteaux ». En effet, en l’absence de Nicolas Sarkozy en villégiature chez sa belle-mère, les seconds couteaux de l’UMP présents à Paris se relaient pour assurer le service après-vente des mesures sécuritaires du président. C’était hier au tour d’Estrosi.

Le ministre – adepte des déplacements en jet privé et multilogé par la République – était hier sur Europe1 pour défendre les mesures du chef de l’Etat et assurer sa défense, après la violente attaque de Rocard, qui dans Marianne faisait le parallèle entre Vichy et le nazisme et les propositions de déchéance de la nationalité.

Le ministre a d’abord exprimé son désaccord avec les termes employés par l’ancien premier ministre:

C’est insupportable de faire référence aux nazis.

Avant de s’attaquer à Rocard lui-même, faisant mine de mettre les propos de l’ancien premier ministre sur un trop long éloignement du pouvoir:

Rocard est déconnecté de la réalité. (…) Rocard, ca fait longtemps qu’il n’est plus maire d’une commune où on a des problèmes quotidiens auxquels on est confronté. (…) Le monde a changé, monsieur Rocard devrait s’en rendre compte.

On rappellera toutefois à Mr Estrosi, qu’il est des choses qui ne changent pas, qui s’appellent Droits de l’Homme ou Constitution de la Vème République, que chacun – fût-il président de la République – est censé respecter.

Mais le plus beau restait encore à venir, Estrosi ayant visiblement décidé de coiffer Hortefeux au poteau à l’épreuve du populisme et de la xénophobie. Le ministre, reprenant l’amalgame si commode et réputé rentable électoralement entre « étrangers » et « délinquance » a en effet conclu sa démonstration sur la déchéance de la nationalité sur ces mots :

(…) accepter nos lois ou les violer, il faut choisir. Tout simplement, Français ou voyou, il faut choisir.

Publicités

Les casseroles du gouvernement Sarkozy

17 juillet 2010 Laisser un commentaire

C’est l’appli star de l’été. Le site owni propose un jeu tout simple: sur le modèle de la Cène, on clique sur les différents ministres de Sarko pour découvrir leurs casseroles.

Comparer Sarko à Jesus ? Un raccourci osé certes, mais pas dénué de tout fondement tant l’un comme excellent dans les miracles, Jesus à multiplier les pains, Sarko les affaires.

Le site, bien fait, renvoie pour chaque casserole sur la source (LeMonde, L’Express, Le Nouvel Obs, 20Minutes …).

Casseroles des ministres de Sarkozy

La casserole « Prince Jean » de Sarko (source: Le Monde.fr)

Cene_ appli OWNI Affaire Woerth

La casserole « Affaire Woerth-Bettencourt » de Woerth (source: Le Nouvel Obs)

Pour rappel, le clip de campagne (payé par Tatie  Bettencourt?) du candidat Sarkozy sur le thème de la « République Irréprochable » (noter l’envolée lyrique musicale en fin de clip, vers 0’45 »).

Nicolas Sarkozy: « La République Irréprochable »

Plan d’économies de Sarko : faites ce que je dis, pas ce que je fais

4 juillet 2010 Laisser un commentaire

Le plan d’économies présenté par Sarko est vague, reprend des mesures déjà annoncées et touche tout le monde sauf lui.

Plan d'économies de Sarko

Devant la succession des affaires impliquant plusieurs de ses ministres, et conscient de l’effet ravageur de ces dernières sur sa côte de popularité – au plus-bas depuis son élection, Nicolas Sarkozy a décidé de réagir.

Il l’a fait à sa façon, avec force effets d’annonce, sans qu’on sache si ces déclarations seront suivies d’effet.

L’opération de comm’ prend cette fois la forme – rare pour ce Président si peu solennel et si peu littéraire – d’une lettre adressée au Premier Ministre, François Fillon. Dans cette lettre, véritable inventaire à la Prévert, le Président y détaille toute une série de mesures visant à réduire le train de vie de l’Etat, dont la majorité à destination de ses ministres.

Les promesses sont vagues, déjà connues pour certaines, peu chiffrées. On entrevoit d’éventuelles sanctions – non détaillées au demeurant. L’ensemble représenterait d’après Le Monde des économies de 4,5 milliards d’euros, soit 4,5% des 100 milliards d’économies nécessaires pour respecter les critères de Maastricht en 2013.

Florilège des mesures : on trouve d’abord les mesures visant expressément les ministres « épinglés » par les affaires ces dernières semaines. Ainsi, il est demandé de faire des économies dans les déplacements et de favoriser le train (clin d’œil à Estrosi et Joyandet, grands amateurs de transport en jet privé), de limiter les frais de bouche (allusion aux cigares de Blanc), et de privilégier pour ses hébergements lors de ses déplacements les ambassades et les préfectures (Rama – et son hôtel 3 étoiles – appréciera).

Le gros des économies – 3,5 milliards – viennent de réductions de dépenses d’intervention, réductions déjà annoncées au demeurant.

Viennent ensuite diverses mesures comme la réduction du parc automobile de l’Etat, la limitation du nombre de conseillers ministériels (à ce titre, Sarkozy n’a d’ailleurs jamais respecté sa promesse d’un gouvernement limité à 15 ministres…), l’abandon de la Garden-Party de l’Elysée (dont le coût avait quasiment doublé avec Sarkozy). Est aussi demandé aux ministres de limiter le nombre de réceptions et dépenses somptuaires (allusion aux folles dépenses de Rachida Dati lors de son bref passage Place Vendôme ?).

Enfin, et là on croit rêver, Sarko de préciser que les dépenses liées à la vie personnelle des ministres devront être acquittées… par ces derniers, sur leurs deniers personnels.

Mais rendons à Sarko cet hommage : il sait dans la tourmente se montrer impartial. Et certaines de ces mesurettes touchent aussi quelques de ses amis. Ainsi seront supprimés le concert du 14 Juillet (le pote de Sarko Johnny ne chantera plus aux frais du contribuable, il faudra s’y faire) ainsi que les chasses présidentielles, ressuscités par un certain…Nicolas Sarkozy et placées sous la responsabilité du très peu recommandable Pierre Charron, qui s’était brillamment illustré dans l’affaire des rumeurs de liaisons au sein du couple présidentiel.

Enfin, on notera avec intérêt que l’Elysée est peu affectée par ce train de mesures, et que Sarkozy se garde bien de préciser sa part de « l’effort national », au moment où il s’apprête à prendre livraison pour la modique somme de 176 millions d’euros de son nouvel Airbus pour – enfin – pouvoir jouer à Obama.

Au final, du grand Sarko : de la comm’, peu d’effets. Plus ça va, plus ça change.

Plan d’économies de Sarkozy (pdf)

Contrairement aux habitants des banlieues, pas de problème de logement chez les Amara

3 juin 2010 3 commentaires

Pour Fadela Amara, la fondatrice de « Ni Putes, ni soumises », la discrimination positive commence par la famille.

Explications : l’Etat met à la disposition de Mme Amara un logement de fonction de 120 m2 dans le VIIe arrondissement de Paris, logement de fonction que cette dernière n’occupe pas, ayant préféré garder l’appartement qu’elle loue depuis plusieurs années à la Maire de Paris dans le XIIIe arrondissement. Jusque là, pas de problème, si Mme Amara préfère le XIIIe au VIIe, c’est son choix.

Là où le bât blesse, c’est que contrairement à l’usage voire au droit, Mme Amara y héberge occasionnellement des membres de sa famille. Un de ses frères y a ainsi élu domicile et un autre y est actuellement logé. Ces derniers étant non seulement logés, mais aussi nourris, puisqu’ils bénéficient à certaines occasions du cuisinier et du maître d’hôtel venant avec l’appartement.

Transformer ainsi un appartement de fonction payé par la République en appart’ de potes ressemble fort à un retour vers le futur pour cette ex-SOS Racisme, qui fut la fondatrice de la première « Maison des Potes » en 1989.

Mais c’était sous Mitterrand et notre Lumineux Guide ne nous a-t-il pas bien expliqué que les choses avaient changé depuis la mort de Tonton ?

N’est-ce pas Fadela ?

________________

ENG  : Fadela Amara, Sarkozy’s Minister of Urban Planning creates controversy after French newspaper reveals she lends her taxpayer-paid Paris appartment to members of her family.

A l’Ouest, du nouveau


Les Anglais viennent de mettre leurs ministres au régime sec: plus de voitures de fonction sauf cas exceptionnel. La mesure, hautement symbolique, est la conséquence de l’état désastreux des Finances du Royaume.

Contraste criant, à état des Finances Publiques à peu près égal, avec notre Estrosi multi-logé, les 61 véhicules de fonction de Nic’ et Carla, et les récents déplacements de nos Ministres en jets privés (Estrosi, Joyandet)

Pour Estrosi, la rigueur, c’est pour les autres

20 mai 2010 4 commentaires

Estrosi a tellement bien appliqué la consigne de Sarko de ne pas nommer la rigueur qu’il semble avoir oublié ce que c’était…

On se souvient en effet que ce dernier avait déjà défrayé la chronique en affrétant un jet privé pour assister au pot donné en l’honneur de Sarko, de peur de manquer cette si importante occasion de serrage de pompes.

Il va falloir désormais faire avec deux casseroles. C’est en effet Le Canard Enchaîné qui vient de sortir la nouvelle : en pleine crise et au début de la réforme des retraites, c’est le nouveau Gaymardgate – ce Ministre du gouvernement Raffarin auquel la République payait généreusement un 600 m2 dans Paris. Non seulement le Ministre dispose-t-il de deux appartements – obtenus de haute lutte – à Paris, l’un dans son Ministère, l’autre dans le très chic VIIe arrondissement. Mais là où le Ministre marque encore plus de points, c’est qu’il loge sa fille aux bons soins de la République, dans un des deux appartements.

Depuis la parution de cette information intéressante, ledit Ministre se débat comme il peut – c’est-à-dire assez maladroitement – et a lancé une grande opération de communication : il est même allé jusqu’à recevoir tous les journalistes qui le souhaitaient dans ses deux appartements. Qu’il était beau – et convaincant avec cela – Mr Estrosi faisant visiter sa soupente du VIIe arrondissement, assurant à chaque détour de phrase, en bon et sage bourgeois qui redouterait qu’on vienne à le détrousser, que son logis de fonction était extrêmement modeste (sans répondre toutefois à la question de savoir pourquoi il ne payait pas lui-même de ses propres deniers l’hébergement de sa fille). On l’a donc vu faire le service après-vente du logis, plutôt mal à l’aise et un peu gêné par les baskets laissées en désordre par sa fille, à moins qu’il ne courût avec le Président dans du 36 pour une sombre raison…

Bref, si Sarko en était à appliquer les critères d’efficacité à ses Ministres comme il nous l’avait promis au début du septennat, entre ce que coûte et ce que rapporte Mr Estrosi à la République, il n’est pas sûr qu’il soit même nécessaire d’affréter un jet privé pour reconduire ce dernier à Nice…

Banana République

7 avril 2010 1 commentaire

Ce sont d’insignifiants détails qui sont parfois les plus révélateurs d’une époque. On a ainsi franchi une étape dans la relecture sarkozienne des institutions en ce début d’année 2010, lors de la décoration de Delphine Arnault – fille de son père – de l’Ordre du Mérite par Christian Estrosi dans les salons de la Maison Christian Dior, propriété de papa.

La question n’est pas tant de s’interroger sur les réels mérites de Delphine. Le fait d’être la fille de Bernard Arnault, enrichi par la Gauche, et féroce défenseur de la Droite, propriétaire de LVMH et de marques comme Vuitton, Moët ou Dior pour n’en citer que quelques-unes, témoin du mariage de Nicolas Sarkozy et de notre regrettée Cecilia, et convive du désormais fameux dîner du Fouquet’s, la qualifiait amplement pour la distinction.

Non, le plus étonnant dans cet épisode est que désormais, est le nouvel atout qu’a trouvé la République pour retenir ses riches. Aux pauvres, le goûter d’anniversaire chez Ronald Macdonald, aux invités du Fouquet’s, la mise à disposition à titre gracieux de ses Ministres et de ses décorations pour l’organisation d’agapes privées, organisées au domicile ou – plus pratique – sur le lieu de travail de ces derniers.

Alors, Delphine, vous qu’un Ministre en exercice vînt décorer dans les grands salons de l’entreprise de votre père, permettez-nous de vous féliciter non pas pour vos mérites, mais en tant que marraine et première bénéficiaire d’une conception so cool des institutions de la République.