Archive

Posts Tagged ‘rama yade’

Plus fort que Rama: les voyages de Pécresse

20 juillet 2010 Laisser un commentaire

Rue89 s’est penché sur les frais des voyages professionnels de Valérie Pécresse, au Japon et au Vietnam. La ministre semble avoir elle-aussi le goût du luxe, ce qui alourdit considérablement la note. Explications.

Voyages Valerie Pecresse

Il semble que l’ambiance de fin de règne qui flotte au sein du gouvernement soit devenue tellement irrespirable que les ministres se battent pour toucher leur solde de tout compte en Octobre.

Après Estrosi, Amara, Yade et Woerth, le plus méritant d’entre tous, voici venu le tour de Valérie Pécresse, épinglée elle pour ses frais de voyage (thème décidemment porteur ces derniers temps).

Rue89, à la suite du Canard, s’est en effet penché sur les dépenses de la ministre lors de deux déplacements : l’un au Japon, l’autre au Vietnam.

Le Japon d’abord. On y apprend que la ministre s’y est fait réserver une suite pour 1 564 euros les deux nuits. Record de Rama explosé !

Le site en ligne a eu accès aux factures de la suite du ministre. On y trouve 348 euros de faux frais, dont 75 euros de massage et 63 de coiffeur.  Une ministre massée et coiffée au frais du contribuable ? Le ministère, joint, soutient que Mme Pécresse a remboursé ces frais, sans toutefois fournir de preuves…

Le Vietnam, ensuite, où la ministre séjournait du 11 au 12 juin. On y apprend que Valérie Pécresse, royale avec l’argent du contribuable, a offert à sa délégation un survol de la baie d’Halong. Sachant que le vol est normalement facturé 550 dollars par personne, et que la délégation était de 15 personnes…on arrive à un total de 8 250 dollars, sans que l’on voie clairement le lien entre les fonctions du ministre et le survol de ce haut lieu touristique.

Là encore, contacté, le ministère confirme que la facture a bien été payée par le ministère, sans toutefois donner un quelconque montant, au motif que les comptes ne sont pas suffisamment détaillés pour fournir cette information…

Publicités

Rama Yade : « Parce que je le vaux bien »

10 juillet 2010 1 commentaire

Vous en avez plus que ras-la-bol de l’affaire Bettencourt ? Je vous propose une pause bien méritée sur le thème « Vis-ma vie », sur les dépenses somptuaires de la sous-ministre gadget préférée des Français : Rama Yade.

On connaissait Rama l’icône des sondages, Rama-top model, Rama la gaffeuse, Rama nous dévoile cet été un nouvel aspect de sa personnalité : son côté dépensier à la Rachida Dati.

On se souvient en effet comment la pauvre Rama avait magistralement réussi à se tirer une balle dans le pied, en critiquant le coût de l’hôtel des Bleus et en réussissant la prouesse de dépenser plus qu’eux lors de son déplacement en Afrique du Sud. Coût de la farce : 45 000 euros – tout de même – dont 37 000 euros de billets d’avion 1ere classe, d’après Le Canard Enchaîné.

Eh bien, Rama vient encore une fois de se faire épingler par Le Canard Enchaîné, toujours sur le même motif : le coût de ses voyages. Ainsi, la belle Rama, décidemment bien cigale lorsqu’il s’agit du bien public, aurait-elle déjà dépensé l’intégralité de son budget 2010, de 270 000 euros. Ce qui l’a amené à demander à Roselyne Bachelot, sa ministre de tutelle qu’elle déteste cordialement, de lui attribuer une rallonge de 150 000 euros (soit près de 50% de son budget initial), scène d’anthologie qui a dû faire jaser dans les ministères.

Comme quoi, on a beau être une sous-ministre gadget, on peut aussi laisser de grosses ardoises !

Plan d’économies de Sarko : faites ce que je dis, pas ce que je fais

4 juillet 2010 Laisser un commentaire

Le plan d’économies présenté par Sarko est vague, reprend des mesures déjà annoncées et touche tout le monde sauf lui.

Plan d'économies de Sarko

Devant la succession des affaires impliquant plusieurs de ses ministres, et conscient de l’effet ravageur de ces dernières sur sa côte de popularité – au plus-bas depuis son élection, Nicolas Sarkozy a décidé de réagir.

Il l’a fait à sa façon, avec force effets d’annonce, sans qu’on sache si ces déclarations seront suivies d’effet.

L’opération de comm’ prend cette fois la forme – rare pour ce Président si peu solennel et si peu littéraire – d’une lettre adressée au Premier Ministre, François Fillon. Dans cette lettre, véritable inventaire à la Prévert, le Président y détaille toute une série de mesures visant à réduire le train de vie de l’Etat, dont la majorité à destination de ses ministres.

Les promesses sont vagues, déjà connues pour certaines, peu chiffrées. On entrevoit d’éventuelles sanctions – non détaillées au demeurant. L’ensemble représenterait d’après Le Monde des économies de 4,5 milliards d’euros, soit 4,5% des 100 milliards d’économies nécessaires pour respecter les critères de Maastricht en 2013.

Florilège des mesures : on trouve d’abord les mesures visant expressément les ministres « épinglés » par les affaires ces dernières semaines. Ainsi, il est demandé de faire des économies dans les déplacements et de favoriser le train (clin d’œil à Estrosi et Joyandet, grands amateurs de transport en jet privé), de limiter les frais de bouche (allusion aux cigares de Blanc), et de privilégier pour ses hébergements lors de ses déplacements les ambassades et les préfectures (Rama – et son hôtel 3 étoiles – appréciera).

Le gros des économies – 3,5 milliards – viennent de réductions de dépenses d’intervention, réductions déjà annoncées au demeurant.

Viennent ensuite diverses mesures comme la réduction du parc automobile de l’Etat, la limitation du nombre de conseillers ministériels (à ce titre, Sarkozy n’a d’ailleurs jamais respecté sa promesse d’un gouvernement limité à 15 ministres…), l’abandon de la Garden-Party de l’Elysée (dont le coût avait quasiment doublé avec Sarkozy). Est aussi demandé aux ministres de limiter le nombre de réceptions et dépenses somptuaires (allusion aux folles dépenses de Rachida Dati lors de son bref passage Place Vendôme ?).

Enfin, et là on croit rêver, Sarko de préciser que les dépenses liées à la vie personnelle des ministres devront être acquittées… par ces derniers, sur leurs deniers personnels.

Mais rendons à Sarko cet hommage : il sait dans la tourmente se montrer impartial. Et certaines de ces mesurettes touchent aussi quelques de ses amis. Ainsi seront supprimés le concert du 14 Juillet (le pote de Sarko Johnny ne chantera plus aux frais du contribuable, il faudra s’y faire) ainsi que les chasses présidentielles, ressuscités par un certain…Nicolas Sarkozy et placées sous la responsabilité du très peu recommandable Pierre Charron, qui s’était brillamment illustré dans l’affaire des rumeurs de liaisons au sein du couple présidentiel.

Enfin, on notera avec intérêt que l’Elysée est peu affectée par ce train de mesures, et que Sarkozy se garde bien de préciser sa part de « l’effort national », au moment où il s’apprête à prendre livraison pour la modique somme de 176 millions d’euros de son nouvel Airbus pour – enfin – pouvoir jouer à Obama.

Au final, du grand Sarko : de la comm’, peu d’effets. Plus ça va, plus ça change.

Plan d’économies de Sarkozy (pdf)

Rama Yade : serial gaffeuse


On s’interroge souvent sur l’utilité de Rama Yade au Gouvernement. La réponse est simple : elle gaffe, papillonne sur les chaînes de télévision et égaie les Conseils des Ministres, sans cesse à la recherche du bon mot, de la polémique du moment qui enflammera l’opinion et la mettra quelques heures sous les sunlights.

Au fond, Rama Yade, c’est comme un enfant capricieux qui trouverait qu’on ne s’occupe pas assez de lui.

Elle a bien compris que sa fonction et ses dossiers n’intéressaient personne. Elle est en plus chaperonnée par une Roselyne Bachelot qui n’est pas du genre à laisser exister d’autres qu’elle. Rama l’a compris, la seule façon qu’elle ait d’exister est de hurler, de multiplier les éclats médiatiques, de faire le siège des télés et des radios, quitte à se tromper plus souvent que la normale.

On a pu la voir une nouvelle fois à l’œuvre ce week-end, quand elle a qualifié d’indécentes les conditions d’hébergement des Bleus, à quelques jours de l’ouverture du Mondial.

Manque de chance, il s’avère que la dépense n’est pas prise en charge par les contribuables, que donc cette sortie n’avait pas lieu d’être, comme n’a pas manqué de lui rappeler Roselyne, trop heureuse de désavouer sa Secrétaire d’Etat :  « La Fédération française de football a fait un choix, c’est elle qui en est responsable : cela ne coûte pas un sou aux contribuables. (…) Maintenant, allez, stop ! On est derrière notre équipe, elle en a besoin. »

Rama Yade est ensuite revenue sur ses propos, penaude, en se disant à Rabat : « étonnée de l’ampleur incroyable qu’a prise cette information sur l’hôtel des Bleus. Tous les journalistes savaient que j’avais tenu les mêmes propos il y a plusieurs mois. J’ai simplement dit que j’aurais personnellement pris quelque chose de moins cher ».

Bizarrement, Rama – n’ayant certainement pas étudié ses dossiers à fond – ne s’est pas élevé contre les primes que recevraient chacun des joueurs en cas de victoire, qui à 390 000 euros, peuvent certes être qualifiées d’indécentes pour une dizaine de gaillards tapant dans un ballon. Mais il est vrai que sur le dossier des rémunérations des joueurs, elle est loin d’afficher un parcours que l’on pourrait qualifier d’exemplaire, ayant été une des seules en s’opposant à la proposition de députés UMP de supprimer les importants avantages fiscaux des sportifs professionnels.

Elle qui aurait « personnellement pris quelque chose de moins cher » n’a toutefois pas renoncé à se rendre à la Coupe du Monde, ce qui aurait certes fait économiser plusieurs milliers d’euros aux contribuables. Mais il est vrai qu’il y a là à la clé l’occasion d’une photo du meilleur effet avec cette équipe dont elle critique les conditions d’hébergement…occasion médiatique en or, sur laquelle Rama n’est pas du genre à cracher.

Preuve supplémentaire que Mme Yade reste plus constante dans son amour de sa personne et de l’attention médiatique qu’elle suscite que dans ses convictions.

Rama / Lemaire : match dans la culture de perles à droite


Duel eu sommet Rama / Lemaire la semaine dernière dans la culture de perles.

C’est notre Rama nationale, vrai spécialiste de ce genre d’exercice, qui ouvre le ballet avec une déclaration sur l’armement des policiers municipaux : « Il y a des polices municipales en France qui ne sont pas armées et je pense qu’il faut les armer. Qu’est-ce que c’est un policier municipal sans arme? C’est comme un lion sans dents » suite au décès d’une policière à Villiers-sur-Marne. C’est vrai, Rama, un lâcher de lions dans les cités, ça peut-être toujours plus efficace qu’un Karcher.

Suivi de près par le Ministre de l’Agriculture, l’habituellement sobre Bruno Lemaire, qui grisé par la manifestation Nature Capitale, a commis un lyrique : « Nous sommes tous des agriculteurs. ». Belle formule, bien que peu crédible de la part de cet ex-directeur de cabinet de Dominique de Villepin né à Neuilly-sur-Seine, fils de Viviane Fradin de Bellabre, directrice de l’établissement Notre-Dame de France et énarque de formation. Mais bon, nous mettrons le lyrisme excessif de Mr Lemaire sur le coup de son émotion devant tant d’agriculteurs et de produits agricoles réunis si près de Neuilly, vision à laquelle il doit être peu coutumier.

Rama, icône sacrée ou sacrée icône ?


On sait les difficultés qu’a Rama Yade à exister – et le grand désespoir qu’elle en conçoit – depuis son transfert de 1ere en 2de Division, depuis que le Secrétariat qu’elle occupait a été dissout et qu’elle est hébergée au Secrétariat d’Etat chargé des Sports – poste nettement moins prestigieux il est vrai.

Une Rama, qui bien qu’elle ait perdu un peu de sa superbe depuis son arrivée au Gouvernement il y a 3 ans, conserve un profil très télégénique, une ambition intacte et un sens de la formule qui lui est tout personnel.

L’affaire Zahia / les Bleus était bien-sûr trop belle pour elle et la Secrétaire d’Etat ne pouvait se retenir de s’exprimer sur ce sujet, qui allait enfin la remettre en selle, après plusieurs semaines de traversée du désert médiatique. Ce qu’elle fit sur Canal+ la semaine dernière, déclarant tout de go que le « maillot de l’Equipe de France était sacré et ne pouvait être porté par un mis en examen », soudain réincarnée en indomptable Pucelle des Bleus…En ces temps de grand retour du religieux et d’interrogation sur l’identité nationale, on ne pourrait que conseiller à Rama de revoir ses classiques, de vérifier les définitions des mots qu’elle emploie et de moins chercher à exister que de faire son travail de Secrétaire d’Etat.

Mais enfin Rama, chrysalide médiatique, exista cathodiquement l’espace d’une soirée, ce qui pour elle était certes bien assez et la dispensait de creuser plus avant la question.

L’UMP, recalée à la Star Ac’ des Régionales

30 mars 2010 Laisser un commentaire

Ils avaient tant bossé et tout misé sur leur lipdub de fin de législature…Patatras !

A croire que les Français n’y ont pas été sensibles : score sans appel, 21 Régions sur 22 à la Gauche, bref toute l’équipe de la Star Ac’ de l’UMP disqualifiée.

Allez, on tient bon, 2012 c’est dans deux ans, ça laisse plusieurs mois pour préparer chorégraphies et ritournelles, rue de la Boétie (on a hâte).