Archive

Archive for the ‘La Cour’ Category

Le lapsus de Rachida

28 septembre 2010 1 commentaire

Après une longue période d’absence (pas d’actualité sur l’affaire Woerth, pas d’articles !), retour du Bouffon du Fouquets, bien déterminé à continuer son travail de sape ironique du Sarkozysme triomphant – bien que, je vous l’accorde, le pouvoir le fasse très bien seul. Mais revenons à nos moutons, qui aujourd’hui sont des lapsus, ou plutôt un lapsus, celui de Rachida Dati, interrogée dimanche sur Canal+ sur la régulation financière.

Notre Rachida nationale a confondu le mot « inflation », si connoté crise et 70s par « fellation » (cf. interview ci-dessous).

On laissera freudiens et lacaniens disserter sur la signification de ce lapsus, dans la bouche (désolé pour la métaphore filée…) de l’ex-égérie de Dior, de celle qui a visiblement un problème à révéler l’identité du père de son enfant, enfin de celle que l’on crut voir passer à deux doigts de la fonction de Première Dame, avant d’être coiffée au poteau par une mante religieuse italienne moins occupé que Rachida à grimper les échelons du pouvoir qu’à collectionner les conquêtes masculines, fascinée par deux uniques choses : son image et le pouvoir.

Rachida – qui maîtrise comme une ado du ’93 les arcanes de Facebook – s’est immédiatement défendue sur le réseau social (où l’euro-député compte tout de même 2,400 fans…), déclarant:

Rachida Dati Cela peut arriver de parler trop vite dans ce format d’émission… Cependant, je trouve dommage que ce soit le seul message politique qui ait été repris surtout sur un sujet aussi grave…

Mais que Rachida se console, son lapsus – si beau qu’il semble avoir été préparé pour relancer la carrière politique de la député européenne, qu’on a plutôt tendance ces jours-ci à considérer comme un vieux souvenir du passé – une vieille robe vintage Dior, comme dirait Carla.

En tout cas, question exposition médiatique,  c’est un succès total : l’ex-mannequin Dior était ce soir à plus de 2 millions de videos vues sur dailymotion, la plaçant plutôt dans le camp des Lady Gaga et autres Britney que dans celui poussiéreux et peu « fun » des eurodéputés.

Bravo Rachida, opération de comm’ réussie, vous êtes « back in fashion ». Mais à quel prix !

Publicités

Hortefeux : plus fort que la fiction…

2 septembre 2010 Laisser un commentaire

C’est Libé qui nous informe de la nouvelle difficilement crédible : Brice aurait des vues sur la mairie de …Vichy en 2014. On hésite entre un gag du 1er Septembre (version auvergnate du poisson d’Avril) et l’ultime preuve en date que nous avons bien « la Droite la plus bête du Monde. »

Hortefeux maire de Vichy

Qui se ressemble s’assemble. Et il est vrai que peu de villes – au passé aussi trouble – peuvent se targuer d’être aussi proches de l’ADN de la Bricitude triomphante. Des propose injurieux, voire racistes, Vichy en fut un temps la capitale, l’Ordre et la Sécruité, Vichy en fit un slogan et une politique, les déchéances de nationalité, Vichy en pratiqua plusieurs dizaines de milliers (15 000 pour être exact), plus que n’importe quel régime du vingtième siècle.

Enfin, notons l’humour involontaire – comme souvent chez Brice – faisant le lien entre ses racines auvergnates et la tâche ardue qui l’attend dans la conquête d’une mairie l’attendant comme un nouveau :

Je suis Auvergnat, mes racines, mes souvenirs et ma famille sont ici et j’y tiens, même si je n’ai pas choisi la facilité sur le plan politique.

Gageons qu’au moins les habitants de Vichy sauront rendre grâce à la politique menée par notre ministre de l’Intérieur – toujours aux prises avec la justice pour injures raciales, rappelons-le.

Et en plus, signe du destin, « Vichy » rime avec « Neuilly » ! Vas-y, Brice, preux chevalier de la Bravitude Auvergnate, tu tiens là un sain(t) terroir et un ancrage dans l’histoire de France  à ta hauteur que tu ne pourrais refuser !

Till death do us part . Jusqu’à ce que la mort nous sépare…

23 août 2010 Laisser un commentaire

[dailymotion id = x9sucr]

Sarko, voyou de la République ? (suite)

11 août 2010 2 commentaires

C’est après les déclarations de Nicolas Sarkozy le « hit » de l’été : la Une de Marianne qualifiant Sarko de « voyou de la République » suite à ses sorties sécuritaires. Jean-François Kahn réussit là un véritable tour de force, reléguant presque au second plan les déclarations du président. Suite des réactions, après les cris d’orfraie de Nadine Morano et d’Alain Marleix.

Sarko, voyou de la Republique

Le premier à réagir a été Lionnel Luca, député UMP des Alpes Maritimes, sur l’air de Vichy et de la presse des années 30 – thème décidemment très à la mode cet été :

Il est paradoxal de dénoncer les dérives vichystes en utilisant les méthodes de la presse d’extrême droite d’avant-guerre.

On rappellera que Lionnel Luca s’est déclaré pour la peine de mort pour certains crimes, qu’il a demandé l’abrogation d’un article de loi sur l’enseignement de l’esclavage, et qu’il a été l’année dernière à l’origine de la polémique autour du film « Hors-la-loi », qu’il n’a pas hésité à qualifier de « négationniste » et « d’anti-français »

Nadine Morano est elle-même revenue à la charge sur RTL, demandant des excuses à Jean-François Kahn :

Lorsqu’on est journaliste et qu’on écrit dans un magazine qui s’appelle Marianne, qui est un de nos symboles de la République (…) et qu’on utilise des propos tels qu’il a été utilisé à la une de Marianne, c’est simple: soit on change de nom, soit on présente des excuses publiques, parce que ce n’est pas acceptable. C’est antirépublicain et on ne peut pas véhiculer des valeurs antirépublicaines en utilisant le nom de Marianne. Les journalistes de Marianne sont en train de salir un des symboles de la République.

Notons enfin la passe d’armes entre Patrick Ollier, député UMP des Hauts-de-Seine et le directeur de la publication de Marianne, Maurice Szafran. Le député n’a pas hésité à évoquer la loi sur la liberté de la presse, estimant que :

(Marianne) dépasse aujourd’hui ce que peut autoriser la liberté de la presse en France (…) Par cela, M. Kahn s’est conduit en voyou de la presse.

Ce à quoi Maurice Szafran lui a répondu – non sans humour – qu’il lui suggérait d’aller « demander à Nicolas Sarkozy de porter plainte contre Marianne ».

Aux dernières nouvelles, pas d’attaque en justice de la part de Chouchou, que l’on sait grâce à TF1 trop occupé à faire du vélo et se régaler des beignets de Ginette (cf. video au bas de l’article).

Eric Ciotti, le Monsieur Sécurité de l’UMP à l’oeuvre pour concocter les prochains projets de loi sur la nationalité et la sécurité, se devait d’intervenir – ce qu’il fit dans l’organe de presse de l’UMP (Le Figaro) :

Marianne? Ce n’est plus un journal aujourd’hui, même pas un tract. Marianne a gravi un échelon de plus dans l’outrance, tout cela à des fins commerciales.

Le parti socialiste quant à lui – même s’il n’approuve pas le terme de « voyou » – renvoie la faute sur la surenchère verbale à laquelle s’est livré Nicolas Sarkozy depuis son élection. Le député PS Claude Barolome rappelle ainsi dans Franc Soir que :

(…) depuis qu’il est au pouvoir, Nicolas Sarkozy n’a eu de cesse d’insulter ici un pêcheur, là un agriculteur, ou encore les habitants des quartiers. Un tel comportement n’est pas sans conséquences graves sur l’image de notre République et de ses dirigeants. Le président porte une grande part de responsabilité dans cette dérivé verbale.

Enfin, notons que l’Express – certainement en panne d’inspiration en ce mois d’août – consacre un plein article aux réactions des internautes à la couverture…

On l’aura compris, le débat progresse. Vivement le retour de Nico !

Rachida attaque la politique de sécurité au Kärcher

10 août 2010 Laisser un commentaire

C’est une voix dissidente que fait entendre Rachida Dati, pointant l’échec de la politique sécuritaire de Sarko. Dans la ligne de mire de la député européenne, son meilleur ennemi…Brice Hortefeux.

On ne se refait pas : c’est dans Grazia que Rachida Dati a choisi de donner sa vision de la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy. Et l’ancienne ministre d’avouer crûment l’échec de la droite dans ce domaine:

C’est vrai qu’une majorité de Français a le sentiment que la délinquance a augmenté (…) Quelque chose n’a pas marché. Depuis trois ans, les atteintes aux personnes augmentent et elles sont encore plus violentes qu’avant.

Et l’ancienne ministre de la Justice, de pointer du doigt le coupable de ce fiasco sécuritaire : son meilleur ennemi, Brice Hortefeux, qui avait avec Pierre Charon essayé de la déstabiliser lors de l’affaire des rumeurs sur les liaisons au sein du couple Bruni-Sarkozy.

Le ministre de l’Intérieur (Brice Hortefeux) doit être parmi les Français, en soutenant fermement et clairement les forces de l’ordre et la justice. Est-il normal que l’on menace des policiers de mort, que l’on tire dessus à balles réelles? Que certains d’entre eux soient obligés de changer de lieu d’affectation pour leur sécurité et celle de leur famille? On est tout de même dans un Etat de droit, une démocratie.

L’ancienne porte-parole du candidat Sarkozy, l’ex-ministre de la Justice se posant la question de savoir si l’on est encore dans un état de droit…voilà un bel aveu d’échec pour la politique sécuritaire du gouvernement.

Nicolas reviens ! L’heure est grave en Sarkozie !

Rappelons pour la peite histoire que Rachida n’en est pas à sa première gaffe sur le « Karcher »:


« Sarko, voyou de la République ? » : Emoi à droite

10 août 2010 2 commentaires

La couverture de Marianne sur Nicolas Sarkozy réveille à droite des pudeurs que l’on aurait aimé voir se manifester suite aux déclarations lepénistes du président.

Marianne frappe fort en cette torpeur aoûtienne et titre « Le voyou de la République », avec un portrait menaçant de Sarko en couverture.

Les réactions n’ont  pas tardé et les mêmes qui ont applaudi aux mesures sécuritaires de leur grand homme, que ce soit l’expulsion des Roms ou la déchéance de nationalité de jouer les vierges effarouchées et de défendre le président.

La première à intervenir fut l’ineffable Nadine Morano, hier en guerre contre une presse « fasciste », déclarant:

Mais une telle couverture, je trouve que c’est grave. Où est le respect envers le chef de l’Etat qui a été élu au suffrage universel et mène une politique pour laquelle il a été choisi et sa politique validée ?

Le problème, Nadine, est que le respect n’est pas acquis, qu’il se mérite et que ces derniers jours, Nicolas Sarkozy semble s’en être montré bien peu digne…

Déclaration suivie de celle d’obscurs seconds couteaux, trop heureux que les vacances de leurs collègues leur donnent l’occasion de jouer les thuriféraires du président à peu de frais.

Traiter le président de la République de voyou, « c’est quand même épouvantable », s’est ainsi indigné auprès de l’AFP Alain Marleix, secrétaire d’Etat aux Collectivités locales.

Suivi de près par le député UMP Lionnel Luca : « Rien ne justifie l’outrage au président de la République élu démocratiquement. Rien ne justifie l’insulte à l’homme politique qui bafoue également ceux qui l’ont élu ».

Dommage que ces parangons de vertu ne se soient pas faits entendre au lendemain des déclarations belliqueuses et racistes de Nicolas Sarkozy.

Fillon: la rigueur oui, sauf pour mes voyages

26 juillet 2010 Laisser un commentaire

Bien que destinataire de la lettre de Sarko sur la réduction du train de vie de l’Etat, le Premier Ministre ne semble pas prêt à s’appliquer à lui-même les restrictions demandées par le Président. Témoin son récent voyage à Nouméa.

Francois Fillon Noumea

Le voyage de Fillon à Nouméa et au Japon est surtout resté dans les mémoires par la reconnaissance par le Premier Ministre que la France allait bien devoir mener une politique de « rigueur ».

Or, tout en prêchant la « rigueur » et en endossant de façon éclatante cette politique, le Premier Ministre est loin de s’appliquer à lui-même ces recettes.

Sa sécurité notamment a coûté particulièrement cher. Qu’on en juge: 50 gendarmes mobiles ont été transportés de Tahiti à Nouméa sur un Airbus d’une compagnie privée, d’après Le Canard Enchaîné du 21 Juillet.

Soit un trajet aller-retour de 10 000 kilomètres, pour un prix de 250 000 euros, alors que Nouméa dispose de quatre escadrons de gendarmerie mobile, auxquels il faut ajouter les policiers et gendarmes « de base ».

L’ambiance au gouvernement serait-elle devenue si intenable que Fillon – prenant exemple sur certains de ses ministres – aurait décidé de tout tenter pour faire partie de la charrette annoncée d’Octobre ?