Archive

Archive for the ‘Régionales’ Category

Au bon cœur des Chiraquiens !


Qui a osé prétendre que les Chiraquiens n’avaient pas bon cœur ? Qui a osé prétendre qu’après avoir tant reçu de la République Française et d’autres généreux sponsors, ces derniers n’étaient pas capables de redonner une once de cette manne à leur mère Patrie ? Certainement pas nous, et l’info que le Canard Enchaîné dévoile cette semaine nous conforte dans cette posture.

Pensez donc : Michèle Laroque, proche depuis longtemps du clan Chirac (Bernie serait-elle à l’origine de ses rôles de bourgeoise coincée n’attendant qu’un signe pour se dévergonder ?) venait de déclarer – certainement par amour pour son compagnon, François Baroin entré au Gouvernement au poste de Secrétaire d’Etat au Budget, à la faveur de la Berezina des Régionales – qu’elle consentait à rapatrier sa domiciliation fiscale de Las Vegas en France. En clair, la belle et talentueuse actrice – qui n’est signalée dans aucune production américaine, fût-ce un tour de chant à Las Vegas, une pub pour des céréales allégées, ou des aliments pour chiens, ne paiera plus de (très légers) impôts au Nevada mais contribuera vaillamment elle-aussi à la reconstruction de notre beau pays, qui doit être aussi le seul duquel la belle tire ses revenus –exception culturelle oblige.

Beau geste de fidélité à sa patrie que nous saluons de la part de Michèle, et surtout, belle preuve d’amour pour son Harry Potter de Ministre, qui, n’avait pas besoin en plus de son tout venant (la rigueur, la Grèce, l’apocalypse financière annoncée) des problèmes d’imposition de sa compagne.

Espérons-juste que ce retour au pays de Michèle ne donnent pas d’idées à notre plus célèbre couple de retraités, et que Jacquot et Bernie (dont nous relations ici il y a quelques semaines les insupportables problèmes financiers et de logement) n’aillent pas sous couvert de leur statut passé d’artistes et dans un mouvement inverse d’exil, élire eux aussi domicile à Las Vegas.

Publicités

Putain, encore 2 ans !

7 mai 2010 1 commentaire

L’avantage des niveaux abyssaux qu’a atteint la côte de popularité de Nicolas Sarkozy est de nous avoir épargné une célébration en fanfare de l’anniversaire des 3 ans de l’arrivée au pouvoir de notre Génie de Neuilly-sur-Seine. La célébration fut digne, simple, dans un contraste saisissant avec la pompe du voyage en Chine du couple présidentiel, et se limita pour le public à un communiqué posté sur le site Internet de l’Elysée et la page Facebook du Président – celle qui lui avait valu un ridicule national il y a quelques mois, lorsqu’il se vantait d’avoir prévu, seul, du haut de ses talonnettes la date de la chute du Mur et d’avoir assisté à cet évènement. On y reprenait l’antienne du Régime : enfin, la France, cette grande insoumise, avait accepté de se laisser réformer et lesdites réformes allaient bon train, mené par un homme déterminé à faire triompher le Bien dans ce pays de l’Obscurantisme. Certes, les échecs flagrants et autres promesses non tenues – au premier rang desquelles le symptomatique « Travailler Plus pour Gagner Plus » – avaient disparu du catalogue à la Prévert, mais le message restait le même : la France était sur la bonne voie, et l’Homme Providentiel, à la barre.

Mais pourquoi ne pas écrire une autre histoire de ces 3 premières années ? Et pourquoi ne pas célébrer les vraies qualités de ces premières années de pouvoir Sarkozy : l’amateurisme, le ridicule, et l’échec des politiques menées ?

Souvenons-nous où commencèrent ces trois premières années : Place de la Concorde pour les badauds, au Fouquet’s sur les Champs-Elysées pour les Happy Few – ceux qui allaient compter dans l’Etat Sarkozy – lors de ce fameux dîner réunissant pêle-mêle entrepreneurs, patrons du CAC40, sportifs, personnalités du show-bizz. Dans ces occasions, qui apparaissent ensuite comme fondatrices, les absences sont aussi évovatrices que les présences : point d’écrivains, d’intellectuels, ou autres « penseurs », abandonnés à la Gauche ou pire au camp des « loosers », eu égard au faible montant de leurs avoirs financiers. Seuls l’argent et les paillettes servaient ce soir-là de sésame pour accéder au saint des saint du nouveau Pouvoir, et se gargariser avec lui de sa puissance récemment acquise.

Souvenons-nous où le Président vint « habiter la fonction » – suivant ses termes – : le yacht de son ami, le milliardaire Bolloré.

Souvenons-nous de l’installation de la famille présidentielle, horde toute droit sorti de Camping2 et passée à l’habillage chez Prada ou Dior.

Souvenons-nous des caprices de la Reine Mère, annexant, au mépris de toute bienséance républicaine, et semblant confondre palais républicains et hôtels 5 Etoiles, le Pavillon de la Lanterne, résidence secondaire officielle des Premiers Ministres, sous prétexte que cette dernière serait plus commode pour une famille, et possédait en outre des courts de tennis.

Souvenons-nous de ce Président et de la France entière avec lui ridiculisés devant le Monde entier par une future ex-épouse, décidant au dernier moment de boycotter tel dîner de chef d’Etat ou telle rencontre informelle avec le Président américain, sous prétexte qu’une virée shopping se préparait ou que la liste des invités ne lui seyait pas ?

Souvenons-nous du début de septennat, où l’on nous imposa le départ de la Harpie, la dépression du Mari cocufié, les frasques de telle Ministre qui confondait l’habit avec la fonction, pensant à tort que ce qu’elle dépensait en habit lui conférerait le prestige de la fonction, et qui plus est consommait directeurs de cabinet à la même fréquence que les Kleenex dans les telenovelas colombiennes.

Souvenons-nous de l’improbable virée de l’ex-Première Dame en Lybie, qui nous ramena quelques infirmières bulgares, et un dictateur une semaine en goguette à Paris

Souvenons-nous de l’augmentation éhontée de salaire que le Président s’accorda, confondant un peu vite les pratiques des boards du CAC40 avec celui d’une démocratie ?

Souvenons-nous que ce fut finalement une Droite proclamant victorieusement que Mai 68 était mort qui nous offrit ce que la Gauche n’osa jamais tenter : un divorce puis un remariage à l’Elysée avec une multi-millionnaire, ex-chanteuse et ex-mannequin.

Souvenons-nous que ce fut cette Droite qui a nourri la presse people de bribes de vie du Président, donnant l’impression que le Président travaillait pour Lagardère, lui qui appelait le Président « son frère » et qui était censé travailler pour ce dernier ?

Souvenons-nous de la curieuse habitude qu’avait le Président d’insulter ses sujets en déplacement ?

Souvenons-nous de cet irrépressible besoin de se mettre en avant qui nous valut plusieurs tensions avec nos voisins européens, peu enclins à se voir insulter devant les journalistes ?

Souvenons-nous enfin de cet improbable épisode qui vit le Président quasiment offrir l’EPAD sur un plateau à son fils, pour maintenir la mainmise du camp sur l’un des plus riches départements de France ?

N’est-ce pas finalement d’une burqa – avant que ne fût votée en toute urgence une loi éradiquant à tout jamais ce voile de la discorde de France – dont on aurait besoin pour masquer le bilan de ces 3 années ?

La Nouvelle Star

26 avril 2010 1 commentaire

Andy Warhol nous avait prédit à tous notre quart d’heure de célébrité. Le Gouvernement français nous facilite désormais la tâche en nous offrant la possibilité d’atteindre ce nirvana encore plus rapidement et sûrement que Loft Story et autres Star Academy.

Pour réussir votre entrée dans le monde de la célébrité instantanée, merci de se munir d’un niqab, d’une voiture, d’un complice déguisé en intégriste et d’une boucherie hallal. Puis procédez de la manière suivante : revêtez ledit niqab, montez dans votre véhicule, tournez autour du commissariat de police en attendant de vous faire verbaliser (22 €). Puis portez plainte pour discrimination. Jusque là, pas d’once de début de célébrité en vue.

C’est sans compter sur le Gouvernement français qui montera au créneau pour faire voter une loi anti-burqa, et accusera votre complice pour polygamie.

Faites ensuite prévenir les journalistes que vous donnerez votre conférence de presse dans une boucherie hallal : et les photos de vous en burqa seront dans l’instant aussi populaires que celles de Loana et Jean-Edouard.

Pour ceux qui ne se sentiraient pas de conduire en burqa, s’essuyer les fesses avec un drapeau français fait aussi l’affaire – bien qu’avec un impact moindre.

Harry Potter et le bouclier fiscal

8 avril 2010 Laisser un commentaire

Ce mercredi, François Baroin, alias Harry Potter, était auditionné pour la première fois par la commission des Finances de l’Assemblée Nationale.

Le jeune ministre a fort peu convaincu, laissant l’impression d’être plus habile à séduire les people – il fut le compagnon de Marie Drucker avant de partager les pages des magazines avec Michelle Laroque – que les députés chargés des comptes du pays.

La majeure partie de la réunion fut consacrée au bouclier fiscal, arme redoutable semblant conférer des pouvoirs surhumains à ceux qui en bénéficient : jugez-en : 7 676 d’entre eux se sont vu restituer, au total, 580 millions d’euros et plus étonnant 14 contribuables disposant d’un patrimoine de plus de 16 millions et déclarant un revenu inférieur à celui d’un allocataire du revenu de solidarité active (RSA) se sont vus rembourser en moyenne 162 109 euros.

La réunion à huis clos s’est terminée par l’annonce par le ministre que le gouvernement prévoyait une hausse des prélèvements obligatoires.

Dur, Harry de lutter contre les déficits d’un simple coup de baguette magique !

Sarko sème pour 2012

6 avril 2010 1 commentaire

Opération reconquête de l’électorat et retour aux fondamentaux de la Droite : Nicolas Sarkozy était mardi 6 avril en visite – sans Carla, qui a dû juger trop peu glamour le cadre – dans l’Essonne chez des agriculteurs.

Entre le désormais célèbre « Casse-toi, pauv’con » éructé au Salon de l’Agriculture par le Président, et les chutes de leurs revenus – respectivement de 34% du revenu moyen en 2009, et de 20% en 2008, dues notamment aux changement de règles d’attribution des subsides de la PAC, la côte de popularité du Président est en chute libre, dans cette catégorie, tombant de 87% en 2007 après son élection à 47% d’opinions positives, selon une étude IFOP publiée en mars.

Il y avait donc urgence pour Nicolas Sarkozy à réagir et, à l’heure où d’autres reviennent de la chasse aux œufs de Pâques, à aller à la chasse aux voix.

Rachida Dati, privée de limousine, de chauffeur et de gardes du corps

31 mars 2010 Laisser un commentaire

Cette fois-ci, on aura pas eu besoin des talents de retoucheurs des journalistes du Figaro pour faire disparaître les signes ostensibles de richesse de Rachida Dati: c’est le Président lui-même qui s’en est chargé.

D’après Le Canard, Sarko, un tantinet soupe au lait, aurait en effet poussé une grosse colère en voyant Rachida sur les plateaux télé la soirée du premier tour des Régionales, elle qui n’était candidate à rien, et qui n’avait pas brillé par son engagement dans cette campagne…et aurait ordonné que la malheureuse soit privée sur le champ de sa 607, de son chauffeur et de ses 4 gardes du corps.

Heureusement pour Rachida, il lui reste encore sa Toyota Prius mise à disposition par la mairie du VIIe arrondissement de Paris. Quand on connaît les récents déboires des Toyota, on serait à deux doigts de lui conseiller d’emprunter le Falcon de Joyandet pour aller shopper chez Dior.

Harry Potter et la marmite aux déficits

31 mars 2010 1 commentaire

On fut assez étonné la semaine dernière de voir revenir Harry Potter – alias François Baroin – au gouvernement, qui plus est aux commandes du Budget, après seulement 2 ans d’absence, lui auquel Sarko avait promis « 5 ans à l’extérieur ».

A priori, rien ne disposait cet amateur des People – il fut le compagnon de Marie Drucker avant de devenir celui de Muriel Laroque – de tennis et de pêche à la truite (maire de Troyes, il faut bien faire passer le temps) pour le poste, de son obédience chiraquienne à son ignorance des dossiers dans ce domaine. Mais bon, depuis l’EPAD, on a appris à distinguer poste et compétences. Et la raclée des Régionales a appris à être plus souple dans le choix de ses amis.

Espérons en tout cas qu’Harry saura, aux côtés de la Fée Christine, nous protéger des forces maléfiques du FMI et de Wall Street, et maintenir la sorcière Angela à bonne distance pour nous empêcher de finir comme nos lointains voisins grecs.