Archive

Posts Tagged ‘Carla’

Madonna s’implique dans la campagne en 2012

20 août 2010 Laisser un commentaire

Exclusivite BdF : Madonna, en tournage à Paris pour son nouveau film, vient de nous accorder une interview qui risque de faire date.

En effet, la Madone a décidé de s’engager – ce qu’elle n’avait jamais fait en 27 ans de carrière – de s’engager dans la prochaine campagne présidentielle française.

Sa raison ? La dérive droitière actuelle de la France l’inquiète énormément en tant qu’ancienne catholique convertie à la cabbale.

Elle commence son offensive par un clip intitulé : « Vote » – qui ne sera diffusé uniquement sur le BdF, mais que vous pourrez bien-sûr retwitter et partager à votre guise 😉

Comme d’habitude, Madonna en grande professionnelle, ne se prononce pas, ni sur l’isue du vote, ni ur d’éventuelles consignes à donner à sses fans.

Mais se permet de lancer une des piques dont elle a le secret lorsqu’on l’interroge sur la performance d’une femme autre qu’elle. En l’occurrence Carla, qui a joué dans le film de W. Alllen (elle a elle-même joué dans un des films du maestro, « Schatten und Nebel »).

Sa réponse se fait anglaise, nonchalante, mais d’une dureté dont on ne se relève pas. Empoignant un poignée de « Dal-Byriani », sortes de lentilles sèches marinées dans une sauce au curry prescrites par son guru, qui selon lui, décuple et favorise sa créativité durant ses moments de création – concerts, chansons, films etc…

Sur la Première Dame de France qui a fait ses premiers pas au cinéma cet été, elle fait mine d’abord de l’ignorer royalement :

But who’s the hell is that Carla (what’s her name, again ?)

Ce à quoi je lui réponds que lui répond qu’elle est très populaire en France et qu’avant d’être Première Dame, elle vendait des disques.

Oh nice for her ! How many & for how long ? OK, not many. I see, now’s shes’ married that little Nicolas sthg, that my best friend Florence Forest finds so stupid. I get the story. NEXT !

Eh, what you want ?

Anyway, I’ll do the Q&A which I’m used to.

My « Vogue / Vote » clip was an idea from an old friend of mine, Hillary R. Clinton. I worship her. I think she’ll be to politicswhat I’ve been to « music / stardom / entertainment ». So she actually told me : « Change the lyrics into « VOTE »

And : work you outfit, make it funny. You’ll see : this’ll be only be a success !

And it was. We launched it on Facebook, Youtube & Twitter in Japan : we’had over 5 millions views in the first week. In the US, it was 12 millions.

It’s great : it means young people – and older – do remain interested in politics if you know you yo address them. It was of great confort to me.

Thanks –

Another question :

I said the interview was over. Any questions can be sent to my PR team

GoodBye !

La première video de Madonna – pendant qu’elle se prépare – est plutôt « didactique », du niveau de « Sciences Po ». Vous pouvez la zapper si vous n’avez jamais été familier avec L’Esprit des Lois, La Démocratie en République etc.

L’adaptation du Voguing par  Madonna :

Enfin, son interview de Madonna chez Laurent Ruquier :

Affaire Bettencourt: et maintenant Carla ?

16 juillet 2010 Laisser un commentaire

On avait évoqué il y a quelques semaines le peu d’entrain que mettait notre Première Dame à honorer les bonnes causes portées par sa fondation. Toutefois, si il y a un domaine où la fondation de Carla s’illustre, c’est la collecte de fonds, à défaut d’action. Un don estimé à 500 000 euros de Lancôme semble particulièrement mal-venu en cette période de Bettencourtgate.

Fondation Carla Bruni-Sarkozy

L’information nous vient des journaux de la Perfide Albion, culturellement beaucoup plus enclins que les nôtres  à dénoncer les conflits d’intérêt.

Ainsi, Le Daily Telegraph (info reprise par Mediapart, encore eux !) révélait en avril de cette année que John Paulson – l’homme dont le hedge-fund est au coeur du procès du gouvernement américain contre Goldman Sachs – s’était engagé à faire un don de …500 000 euros tous les ans pendant 3 ans à la fondation de Mme Bruni-Sarkozy.

Don qui pose un tout petit problème par rapport au job du mari de Carla, qui bien que Président d’une puissance de second rang, a tout de même pris les engagements – aussi saugrenus fussent-ils –  de « moraliser le capitalisme », et de soutenir l’initiative de Barack Obama pour «dissuader les banques de spéculer pour elles-mêmes ou de financer des fonds spéculatifs».

Discours de Nicolas Sarkozy, à Davos

Si cette affaire n’était pas suffisante, un deuxième don à la fondation de Lady Carla tombe particulièrement mal en pleine affaire Bettencourt.

La fondation de Carla a en effet bénéficié d’un don estimé à 500 000 euros de la part de Lancôme. Or, il se trouve que la marque de luxe se trouve être l’une des plus rentables  de…L’Oréal, dont Mme Bettencourt est la 1ère actionnaire avec un peu plus de 30% des parts.

Ce financement est abordé dans un autre quotidien britannique, le Daily Mail qui note ironiquement: « il y aurait clairement un conflit d’intérêt s’il s’avérait que Mme Bettencourt (…) ait bénéficié sur le plan financier de ses liens avec la femme de Mr Sarkozy ».

Recevoir un chèque de 30 millions du fisc, au titre du bouclier fiscal, est-ce « bénéficier sur le plan financier de liens avec la femme de Mr Sarkozy ? », qui s’est fait le héraut de ce même bouclier fiscal ?

On attend impatiemment un rapport de l’IGF à ce sujet.

Le programme « Révélations » de la fondation Carla-Bruni Sarkozy,

en collaboration avec Lancôme

In Bed with Carla


Miracle: la vie fabuleuse de Carla est de retour ! Des tirades inoubliables, du luxe, des grands couturiers, des amants en pagaille, de la philosophie, de l’argent. Bref, une grande série en 3 épisodes à savourer sans limite.

Je préfèrerai toujours l’excès de caricature…



On se souvient de ces phrases prononcées par un Nicolas Sarkozy en route pour la conquête du pouvoir suprême à l’occasion du procès sur les caricatures de Mahomet.

Il semblerait que les choses aient changé depuis que Carla soit devenue première Dame de France.

Un journaliste a en effet mis en ligne la semaine dernière un documentaire, réalisé à partir de videos de Carla Bruni disponibles sur le Net, en réaction au panégyrique récemment diffusé à la television. On y voit Carla faire le mannequin, aborder ses amours, parler d’elle, présenter un livre pour parler de sexe en 7 langues et autres facéties peu en accord avec l’image que la Première Dame s’efforce de donner d’elle depuis qu’elle a épousé Nic’.

Rien de très méchant, sauf que l’Elysée considére, d’après le Daily Mail, que « la vidéo apporte une ombre dommageable pour la dignité de la Première Dame ».

Certainement sans lien avec ceci, cette dernière – bien que déjà vue 70000 fois – a été supprimée du site. Les excès de caricature ne s’appliquent-ils qu’aux autres ?

Plan d’austérité pour ego présidentiel

20 mai 2010 1 commentaire

Les plans d’austérité sont à la mode cet été :à la saison où les jupes réapparaissent et où les esprits devraient s’alléger, en l’espace de moins d’un mois, tout le monde s’y est mis : des Grecs, cancres affichés de la classe européenne, aux Espagnols et aux Portugais, prochaines cibles – n’arrête-t-on pas de nous répéter – des marchés, ces serial killer invisibles et omnipotens, aux Roumains tout récemment, jusqu’aux Anglais bientôt. Nous aussi d’ailleurs, malgré notre génial leader, sauveur de l’économie planétaire en 2008 et de l’Europe en 2010, nous commençons à voir s’approcher la rigueur à grand pas, rigueur dont il est de rigueur de taire le nom.

Mais c’est d’une autre rigueur dont je voulais ici vous parler. Il semblerait que cette rigueur économique s’accompagne d’une rigueur bienvenue celle-là en nos contrés, je veux parler de celle qui s’applique à l’ego présidentiel. Pensez-donc : en moins de deux semaines, notre Lider Minimo est sorti vainqueur de tâches qui en auraient terrassé plus d’un : le sauvetage de l’union monétaire européenne et le rapatriement d’une otage française retenue en contrée que l’on caractérisait il y a encore quelques années comme maléfique.

Et que constate-t-on, à notre grande suprise ? Une – relative – discrétion de Nic’, l’autosatisfaction réservée au cercle des intimes et des courtisans – qui s’empressent de renchérir sur la génialitude du souverain, mais c’est là précisément leur « job »…Et un ministre des Affaires Etrangères qui hier enrageait, qui aujourd’hui, fier comme un coq dans la cour de l’Elysée présente aux caméras la jeune étudiante française derrière laquelle d’aucuns ont voulu voir une agent double chargée d’enquêter sur les secrets nucléaires iraniens et les meilleurs pratiques de port du voile à Téhéran.

Quoi me direz-vous ? Point de mise en scène, d’envoi d’épouse ? Pensez-donc, cela aurait fait un superbe reportage dans Match : on aurait eu la révérence de Carla à Ahmadinejad, la connivence entre Carla et Clotilde, entre l’ex-mannequin et l’intellectuelle folle de culture persane, que sa passion a failli condamner à rester voilée dans les prisons de la République Islamique… On aurait eu ensuite Ahmadinejad et sa suite de fous de Dieu à Paris, campant dans le jardin de l’Elysée, la tente plantée grâce à une petite poignée d’ogives nucléaires. Ca aurait certes fait un beau spectacle qui aurait ravi le Prince et cela l’aurait distrait de ces plans de rigueur qui se succèdent à un rythme infernal…

Mais non, le Prince dans sa grande sagesse, s’est infligé une semaine de rigueur et a préféré se faire discret. Comme quoi, à toute chose, malheur est bon.

 

Politique fiction : 2012 et le « Zahiagate »


Rappel des faits : on apprenait la semaine dernière que plusieurs opposants russes avaient été « piégés » par une escort-girl, les videos de leurs ébats se retrouvant sur le Net. Le mode opératoire rappelant les belles années du KGB, les soupçons se sont tout de suite tournés vers le gouvernement russe, dont les hauts dirigeants ont été formés à cette école.

Un scandale d’une telle ampleur est-il imaginable sous nos latitudes que nous clamons être plus « démocratiques » ? Livrons-nous à un petit exercice de politique fiction … Direction 2012.

Après le retrait annoncé de Nicolas Sarkozy (« Il est temps pour moi de faire fortune ») et une lutte sanglante avec Dominique de Villepin, François Fillon est le candidat unique de la droite. Il affronte Dominique Strauss-Kahn, qui lassé de jouer les pompiers de l’économie mondiale (il a sauvé successivement la Grèce, le Portugal, l’Espagne, l’Italie et le Japon), se rêve un destin national moins exposé. A quinze jours du premier tour, les sondages donnent les deux hommes au coude à coude, et les coups bas commencent à fuser de la part de la Droite, notamment des allusions voilées au judaïsme de DSK et plus explicitement aux nombreuses conquêtes féminines de ce dernier. Ces rumeurs menacent sérieusement de faire chuter le candidat de la Gauche, d’autant que pour gagner ce dernier ne peut se permettre de se mettre à dos l’électorat modéré ou centriste.

Jusqu’au jour où, dix jours avant le premier tour, commencent à circuler sur le web plusieurs videos de leaders de la Majorité dévêtus, dans des positions compromettantes, en compagnie d’une ancienne escort-girl qui avait fait trembler l’équipe de France de Football en 2010, Zahia D., devenue depuis présentatrice météo sur TF1. On y retrouve entre autres dans la même séquence Brice Hortefeux et Jean-François Copé, dans des combinaison latex leur voilant intégralement le corps et le visage, rappelant étrangement une burqa, Eric Besson aux prises avec une escadron de jeunes philippines, que l’on imagine mineures et sans-papiers, Jean-Louis Borloo ayant bien du mal à choisir entre les plaisirs de la chère et ceux de la bouteille, Christine Lagarde en tenue SM battant François Baroin à coups de Loi des Finances, Christine Boutin enlaçant tendrement Zahia…Même le Président, sujet à une sévère dépression depuis que Carla avait annoncé le lendemain du jour où il avait déclaré ne pas se présenter pour un deuxième mandat qu’elle le quittait, fait une apparition dans ces vidéos, aux prises avec une poupée gonflable aux traits de Cecilia.

Le trouble dans la majorité est immense, les intentions de vote s’effondrent. La droite bien pensante se détourne de ses représentants. Le résultat tombe : DSK est élu à une très forte majorité. La droite est décimée.

Les enquêtes menées ensuite ne donneront rien. On évoquera l’affaire russe, mais aucune preuve malgré les sous-entendus du Canard Enchaîné, ne sera apportée. L’affaire passera à la postérité sous le nom de « Zahiagate ». Cette jeune femme qui avait réussi à faire chuter l’Equipe de France réussissait deux ans plus tard à faire chuter une majorité…Bravo l’artiste !

Zahia D. : « J’étais le cadeau d’anniversaire de Ribéry »

30 avril 2010 Laisser un commentaire


C’est ce qu’on peut lire, entre autres perles, dans l’interview « vérité » que Zahia D. – l’escort girl à l’origine du scandale qui risque de décimer l’Equipe de France – a accordé à Paris Match.

Un doute soudain nous assaille : et si Carla, elle aussi était le « cadeau d’anniversaire » de Sarkozy ?