Archive

Posts Tagged ‘florence woerth’

Enfin la vérité dans l’affaire Woerth par Sarko (montage de Libé)

20 juillet 2010 Laisser un commentaire

Libération a repris les propos du Président lors de son interview le 12 Juillet, pour en faire sortir une vérité légèrement différente que celle de Guéant.

Affaire Woerth expliquée par SarkoLibération: montage par Polemix & La Voix Off

(à écouter sur le site Liberation.fr)

Les casseroles du gouvernement Sarkozy

17 juillet 2010 Laisser un commentaire

C’est l’appli star de l’été. Le site owni propose un jeu tout simple: sur le modèle de la Cène, on clique sur les différents ministres de Sarko pour découvrir leurs casseroles.

Comparer Sarko à Jesus ? Un raccourci osé certes, mais pas dénué de tout fondement tant l’un comme excellent dans les miracles, Jesus à multiplier les pains, Sarko les affaires.

Le site, bien fait, renvoie pour chaque casserole sur la source (LeMonde, L’Express, Le Nouvel Obs, 20Minutes …).

Casseroles des ministres de Sarkozy

La casserole « Prince Jean » de Sarko (source: Le Monde.fr)

Cene_ appli OWNI Affaire Woerth

La casserole « Affaire Woerth-Bettencourt » de Woerth (source: Le Nouvel Obs)

Pour rappel, le clip de campagne (payé par Tatie  Bettencourt?) du candidat Sarkozy sur le thème de la « République Irréprochable » (noter l’envolée lyrique musicale en fin de clip, vers 0’45 »).

Nicolas Sarkozy: « La République Irréprochable »

Exploitation du 3e âge: un papy enrôlé pour sauver les Woerth

16 juillet 2010 Laisser un commentaire

C’est une nouvelle qui augure mal des conséquences sociales de la réforme des retraites: la Droite a sorti sa dernière carte, le père de Florence Woerth, pour témoigner de l’honnêteté de sa fille et son gendre. Aussi convaincant que le rapport de l’IGF ?

Temoignage pere Florence Woerth

A bout d’argument, les communicants de l »Elysée nous sortent…le propre père de  Florence Woerth, la femme du ministre du Travail, pour témoigner dans l’affaire Woerth.

Et c’est un témoignage en règle de bonne moralité que délivre le vieil homme, chirurgien retraité de son état dans un quotidien régional. On notera le casting qui sent le storytelling et la respectabilité UMP à plein nez: un « aîné » qui témoigne, chirurgien respecté, père d’une fille à l’honneur bafoué, le tout avec la caution de la presse régionale…

On est proche de Shakespeare, voire de Racine.

Trêve de plaisanterie, que nous dit-il, ce digne papy ?

Que l’honneur des Woerth est « sali », que « c’est calomnieux envers Éric et Florence ». En bon notable connu dans son village, il précise que « la combine, ce n’est pas le genre de la famille » ayant élevé ses enfants dans « (…)l’honnêteté et la rigueur », lui qui affirme avoir suivi « l’affaire dans les journaux ».

On le voit, un témoignage qui vaut son pesant de rapport d’IGF dans l’affaire qui passionne la France.

La Droite n’a décidemment aucun respect pour nos aînés. Et le fait que l’on aille sortir pépé-Flo de sa retraite – sans aucun égard à la pénibilité de la tâche – pour soutenir un gouvernement en déroute ne présage rien de bon  quant à la réforme des retraites qu’Eric Woerth est en train de mener…

Mais bon, ça doit être « parce qu’ils le woerth bien ! ».

Valls : Sarkozy « doit changer de cap »

16 juillet 2010 Laisser un commentaire

Dans un interview à Europe1, Manuel Valls demande à Sarkozy de « changer de cap », et de remanier le gouvernement.

NKM plus forte que Sarko: « l’affaire Woerth est derrière nous »

15 juillet 2010 Laisser un commentaire

Mieux que Sarko, la ministre câblée essaie de nous convaincre que l’affaire Woerth est « derrière nous ». Quant à la question du conflit d’intérêt, elle y répond à sa manière: « So what ? ». No comment.

Affaire Woerth-Bettencourt: le grand retour de Chantal Nobel

15 juillet 2010 2 commentaires

On se souvient tous avec émotion de Chantal Nobel, et du feuilleton so 80s « Chateauvallon ». C’était les années 80, les années fric, Bernard Tapie semblait l’idéal humaniste de l’époque, la presse faisait semblant d’ignorer l’existence de Mazarine, Madonna jetait sa petite culotte à Jacques Chirac qui alors menait grand train à la Mairie de Paris. Eh bien, l’Elysée, les Ministères du Budget, du Travail et de la Culture nous ressuscitent ce monument de la culture française. Explications.

Et oui, vous ne trouvez pas que le feuilleton de l’été ressemble étrangement à Chateauvallon, le feuilleton culte d’Antenne2: argent, pouvoir, luttes sans merci et révélations dans la presse ?

Eh bien oui, vous ne vous y trompez pas, le feuilleton Bettencourt-Woerth est un habile plagiat du feuilleton des 80s.

La preuve en image et en texte, avec un (léger) détournement de l’inoubliable « Puissance & Gloire » de l’inoxydable Herbert Léonard. Toute ressemblance avec la réalité serait purement fortuite.

La preuve en video:

Le générique de la série:

« Bettencourt et Woerth », by LeBouffonDuFouquets

Rêve éblouissant d’ascension
Justice, politique, et argent
Tout se finit aveuglément
En passe-droit, conflits d’intérêts

Argent et pouvoir
Dans le trouble d’un microcosme
L’avarice et l’ambition
Autour de Mé-Bettencourt
Argent et pouvoir
Etrange et brûlant conflit
Qui tôt ou tard
Finit par être sur Mediapart

Femmes emportées par la tourmente
Mère, gestionnaire ou simp’comptable
Nul n’a accès à vos carnets
Vos relations, vos intérêts

Argent et pouvoir
Dans le trouble d’un microcosme
Justice, politique, et argent
Autour de Mé-Bettencourt
Neuilly – Elysée
Premier Cercle si convoité
Sous la lumière illusoire
D’un bureau ministériel

Bettencourt et Woerth

Etrange et brûlant parcours
Qui tôt ou tard
Finit par être sur Mediapart


Eric Woerth, très à cheval sur le conflit d’intérêt

14 juillet 2010 1 commentaire

D’après le Canard Enchaîné, Eric Woerth aurait aidé à finaliser la vente d’un domaine de l’ONF à une association amie, quelques jours avant son départ du ministère du Budget. Une vente qui pose de nouveaux problèmes au ministre en sursis.

L’affaire Woerth, c’est comme La (défunte) Samaritaine, tous les jours, il se passe quelque chose. Ce 14 Juillet ne déroge pas à la règle et l’on apprend ce matin qu’Eric Woerth a été mêlé à une vente contestée alors qu’il était ministre du Budget.

Le Canard Enchaîné révèle en effet, dans un article intitulé « Les procédés cavaliers d’Eric Woerth », que le ministre a « bradé » l’hippodrome de Compiègne, un terrain de 57 hectares au total, pour le plus grand bonheur de la Société des Courses de Compiègne, acquéreur du terrain. Le prix de la vente – 2,5 millions d’euros – est jugé « une vaste rigolade » par un élu UMP de l’Oise, alors qu’un magistrat de la Cour des Comptes précise qu’ « (il) aurait dû ajouter un zéro à ce prix ».

L’affaire a été menée tambour battant: le 16 mars dernier paraissait le décret imposant la vente à l’ONF, vente finalisée…le lendemain. Et le ministre s’est personnellement impliqué dans cette affaire de la plus haute importance, comme l’indique ce document du 29 octobre 2009 reproduit par Marianne.

Or, le Canard souligne plusieurs irrégularités à cette vente.

Primo, le terrain appartenant à la forêt de Compiègne, surface supérieure à 150 hectares, cette vente aurait dû être soumise au vote du Parlement. Cet argument a d’ailleurs été utilisé par Bruno LeMaire, ministre de l’Agriculture, qui considérait cette vente comme illégale. Ce à quoi Woerth a répondu que la tutelle de l’ONF était exercée par son ministère, et qu’il pouvait donc agir à sa guise dans ce dossier.

Secundo, cette transaction, conclue de gré à gré, s’est par définition réalisée sans enchères, ni appel d’offres, ce qui est pourtant obligatoire quand l’acquéreur est une société de courses, d’après un jugement du Conseil d’Etat de 1979.

Tertio, la vente a été confirmée par Eric Woerth lui-même le 29 octobre, alors que la ville de Compiègne pouvait d’exercer son droit de préemption jusqu’au 16 décembre…La nature étant bien faite, le maire UMP Philippe Marini n’a pas exercé ce droit, privant sa commune une affaire en or.

Quarto, Woerth a aussi pris la liberté dans son courrier de contredire l’acte de vente, autorisant l’association à revendre des parcelles de leurs 57 hectares si opportunément acquis.

Mais à qui le crime profite ? Tous ces éléments nous poussent bien sûr à regarder de plus près l’identité du bénéficiaire de ces largesses. Or, il se trouve que le président de la Société des Courses est un certain Antoine Gilibert, familier de Chantilly, son hippodrome, et surtout son maire…Eric Woerth. Il dirige notamment France Galop, association où Florence Woerth a été coopté et au sein de laquelle on retrouve plusieurs actionnaires, ou leur famille proche, de la très sélect écurie Dam’s de Florence Woerth.

Une nouvelle accusation pour les Woerth, chez lesquels décidemment, le conflit d’intérêt ne vaut que s’il se pratique en couple.

Ironie du sort, le terrain en question se nomme « le champ de courses du Putois ». Une boule puante dont les Woerth se seraient certainement bien passé…

La réponse d’Eric Woerth ce jour, laissant de nombreuses questions en suspens: « Vraiment, ça suffit ».